Ouganda Technologie
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Ouganda  : Une taxe controversée fait chuter le nombre d'utilisateurs des réseaux sociaux
 

Ouganda : Une taxe controversée fait chuter le nombre d'utilisateurs des réseaux sociaux

 
 
 
 5567 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 5 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 28 février 2019 - 17:40

© Koaci.com - Jeudi 28 Février 2019 – Des millions d’abonnés ont préféré se désabonner des réseaux sociaux après la décision du gouvernement d’imposer des taxes pour les utilisateurs.

L’ imposition d’une taxe controversée en juillet dernier, n’a fait que provoquer la baisse du nombre d’ utilisateurs des réseaux sociaux .

En effet, le gouvernement avait imposé aux utilisateurs en Ouganda de Whatsapp, Facebook, Skype et autres réseaux sociaux une taxe quotidienne, en vertu d'une nouvelle législation contestée.

Selon des statistiques récemment publiées par la commission ougandaise des communications (UCC), la taxe sur les applications over the top (OTT), comme Whatsapp et Telegram, est de moins en moins rentable pour l’Etat.

D’après l’UCC, le gouvernement ougandais a collecté 5,6 milliards de shillings (environ 55 millions de dollars) grà¢ce à  la taxe OTT, en juillet 2018. Les recettes sont ensuite tombées à  4,1 milliards de shillings (environ 40 millions de dollars), en août 2018, avant de descendre à  3,97 milliards de shillings (environ 39 millions de dollars US), en septembre.

Avec cette chute , s'ajoute la baisse considérable des utilisateurs qui passe d'environ 8,04 millions en juillet 2018, à  6,87 millions en juillet et 6,84 millions en septembre.


KOACI
 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Soupçonnez vous le président de la commission de l'UA d'avoir subi des pressions d'Abidjan pour saluer la loi sur la recomposition de la CEI?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: L'impuissance de l'Etat ivoirien face aux médias sociaux américains vo...
 
2110
Oui
65%  
 
1002
Non
31%  
 
114
Sans Avis
4%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008