Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Crise au  village d'Akouê Agban, Adré Djro « Voici ce que nous reprochons à  la chefferie »
 

Côte d'Ivoire : Crise au village d'Akouê Agban, Adré Djro « Voici ce que nous reprochons à  la chefferie »

 
 
 
 3073 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 8 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - samedi 23 mars 2019 - 10:50

Adré Djro (Ph KOACI)-

© koaci.com – Samedi 23 Mars 2019 -Monsieur Adré Djro, cadre du village d’Akouê Agban, dans la commune de Bingerville, n’est pas du tout content de la gestion des affaires de son village


Dans cet entretien qu’il a bien voulu nous accorder, il dénonce des pratiques de sa chefferie qui pourraient mettre en mal la paix qui règne dans cette localité après les évènements violents qu’il a connus en 2017. 


KOACI : bonjour Monsieur André Djro pouvez-vous vous présenter à  nos lecteurs ?


Adré Djro : Avant tout propos, permettez- moi de vous remercier pour l’opportunité que vous m’offrez. Je suis Monsieur André Djro, Opérateur économique et cadre du village d’Akouê-Agban dans la commune de Bingerville.


KOACI : dans le bref entretien téléphonique que nous avons eu, vous sembliez très remonté contre la chefferie de votre village, qu’est-ce que vous lui reprochez exactement ?


A.D : je reproche beaucoup de choses à  la chefferie de mon village qui administre notre localité dans une opacité totale. 


 
KOACI : soyez plus précis ?


A.D : vous conviendrez avec moi que, lorsqu’on a en charge la gestion des hommes et de leurs biens, on doit être à  leur disposition et être habité par l’humilité et la franchise. A Akouê Agban, il y’a un groupuscule avec à  leur tête le chef du village, qui gère notre localité comme il leur semble bon. Et ça,. Nous avons constaté des pratiques pas très catholiques dans le village. Et les explications qu’ils donnent ne convainquent personne. Ça ressemble à  du mépris. Nous nous ne pouvons plus accepter cela.


KOACI : de quelle pratique s’agit-il exactement ?


A.D : je voudrais entre autre, parler la gestion des ressources financières du village ; ils en font ce qu’ils veulent au mépris des règles élémentaires requises en la matière. En ce qui concerne, les parcelles de terrain que possédaient les familles, ils les ont purement converties en biens communautaires qu’ils vendent à  l’insu des vrais propriétaires. Et ça, nous les Tchagba qui allons hériter du trône, nous ne pouvons accepter cela.


KOACI : C’est tout ce que vous leur reprochez ?


A.D : Pour le moment, je préfère m’arrêter à  là . Nous prévoyons bientôt, une grande conférence de presse. Au cours de laquelle nous en dirons d’avantage avec des documents à  l’appui.


 
KOACI : que comptez-vous faire donc pour changer les choses à  part la conférence de presse que vous projetez ?


A.D : Pour le moment nous voulons simplement les interpeller afin qu’il change leur façon de faire. Qu’ils se souviennent de ma modeste contribution pour qu’ils soient là  aujourd’hui. Akouê Agban a trop souffert avant leur arrivée. Qu’ils se souviennent des évènements très douloureux que notre a village a connu en 2017. Il y a eu plusieurs blessés et de nombreux biens détruits. Nous ne voulons plus revivre cela. C’est pourquoi, nous attirons leur attention sur cette façon de gérer les affaires du village qui risque de nous faire basculer à  nouveau dans la violence si les choses ne changent pas.


KOACI : votre mot de fin ?


A.D : je voudrais encore une fois vous remercier. Pour les populations d’Akouê Agnan, je voudrais leur demander de demeurer calme. Nous ferons tout par le dialogue et la concertation pour que les choses changent. Je vous remercie ! 



Interview réalisée à  Abidjan par Donatien Kautcha


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Burkina Faso: Des attaques soit disant terroristes jamais revendiquées, soupçonnez vous le camp Compaoré ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Expulsée et non poursuivie en justice, l'activiste Nathalie Yamb a-t-e...
 
1771
Oui
58%  
 
1142
Non
37%  
 
136
Sans Avis
4%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement