Cameroun Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Cameroun: Le bà¢ton de manioc aliment de base diminue en grosseur, son prix flambe
 

Cameroun: Le bà¢ton de manioc aliment de base diminue en grosseur, son prix flambe

 
 
 
 4241 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 3 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 17 juillet 2019 - 13:23

Le bà¢ton de manioc (Ph Koaci )

© koaci.com Mercredi 17 Juillet 2019- Le bà¢ton de manioc communément appelé "Bobolo" (un produit dérivé du manioc et largement consommé au Cameroun), a considérablement diminué en grosseur comme constaté par Koaci dans les marchés locaux.

Au même moment, le prix du bà¢ton de manioc a flambé dans l'indifférence quasi générale.

Il y a quelques années encore, le bà¢ton de manioc était vendu à  50 FCFA l'unité à  Yaoundé et dans plusieurs autres métropoles du pays.

Aujourd'hui, le prix du bà¢ton de manioc oscille entre 75 et 125 FCFA l'unité.

Certains commerçants expliquent cette flambée des prix du bà¢ton de manioc par la rareté du manioc produit à  partir duquel il est fabriqué.

D'autres pensent que la rareté des pluies du fait des changements climatiques, est à  l'origine de cette flambée spectaculaire des prix du bà¢ton de manioc.

"Le manioc lui-même coûte un peu plus cher. C'est pour cela que le prix du bà¢ton de manioc a augmenté", explique Mvogo la quarantaine sonnée, vendeur au marché Etoudi au lieu-dit Congelcam.

Les clients de Mvogo se bousculent et souhaitent que leur vendeur ramène le prix de son bà¢ton de manioc de 75 FCFA l'unité à  50 FCFA.

" Les bà¢tons de Mvogo sont très petits je ne peux pas m'en sortir", lance une vendeuse de poissons.

"Je ne peux pas m'en sortir si je vends à  ce prix. Je préfère vendre 3 bà¢tons à  200 FCFA. J'achète le sac de 100 kilos à  70 mille FCFA", rétorque Mvogo.

Pour madame Eba'h vendeuse à  Etoudi le manioc a pourri dans son champ à  cause des pluies. Les cultivateurs disent ne plus maîtriser la périodicité des pluies

"Le manioc a pourri au sol dans mon champ et chez mes voisines. Les pluies étaient rares dans certaines localités. Par endroits, les pluies sont arrivées en retard ", explique une agricultrice.

Sur son étal, Mvogo continue de vendre son manioc par tas de 1000 ou de 500 FCFA.


Armand Ougock, Yaoundé

-Joindre la rédaction camerounaise de koaci.com à  Yaoundé: (+237) 691 15 42 77 ou cameroon@koaci.com –
 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Justice, l'affaire du putsch au Burkina pourrait elle rattraper Guillaume Soro?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Attaquer frontalement les USA est-elle une bonne stratégie pour Guilla...
 
982
Oui
30%  
 
2137
Non
65%  
 
144
Sans Avis
4%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement