Burundi Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Burundi-France: Trois ans de prison requis contre un ancien ministre accusé de « traite d'être humain »
 

Burundi-France: Trois ans de prison requis contre un ancien ministre accusé de « traite d'être humain »

 
 
 
 1999 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 3 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 10 septembre 2019 - 14:41

Methode Sindayi-gaya


La justice française a requis une peine de trois ans contre un diplomate burundais et ancien ministre burundais , pour traite d' être humain.


Gabriel Mpozagara et son épouse étaient jugés ce lundi à Nanterre pour « traite d'être humain », « travail dissimulé », « emploi d'un étranger sans titre » et « aide au séjour irrégulier ».



Ils sont accusés d'avoir asservi un homme pendant dix ans dans leur maison des Hauts-de-Seine , en France.


 

Devant les juges, Methode Sindayi-gaya, burundais de 39 ans, a raconté son histoire.


« Au Burundi, j'étais cultivateur dans un village, commence Méthode. M. Mpozagara cherchait quelqu'un pour aller chez lui en Europe. C'était pour accompagner son fils en avion. » Son fils autiste, exigeant présence et surveillance constantes.


Il débarque en France avec un visa touriste de trois mois.


« Dès qu'on est arrivés, ils ont pris mon passeport, reprend Méthode, aidé d'une interprète. Et je me suis occupé de Christian (NDLR : le fils autiste). C'est moi qui le lavais, lui coupais la barbe, nettoyais quand il faisait ses besoins. Et après, ils m'ont dit de préparer les repas, de nettoyer la maison. Je me levais à 6 heures et me couchais à 1 heure du matin. »


 

Je n'avais pas le temps de me reposer. Si je sortais avec madame pour porter les courses, je ne devais parler à personne. A un moment, ils voulaient que je me mette à genoux pour les saluer. Ils disaient que j'étais le diable. 


L' épouse du Ministre a rejeté en bloc ces accusations , arguant qu 'il s'agissait d'un tissu de mensonge .


En 2007, le couple avait déjà comparu dans ce même tribunal: ils avaient été condamnés, puis relaxés en appel, dans un dossier similaire, qui concernait deux jeunes nièces venues du Burundi.


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Révélation du président du GIPAME, l'Etat doit il rapidement investir pour que la SIR propose du carburant propre?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Premier procès en corruption pour une affaire de 95 millions, écran de...
 
2367
Oui
55%  
 
1814
Non
42%  
 
122
Sans Avis
3%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement