Ghana Justice
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Ghana: Le président de la CPI à Accra, sa requête pour le Togo et la Guinée Bissau
 

Ghana: Le président de la CPI à Accra, sa requête pour le Togo et la Guinée Bissau

 
 
 
 4427 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 3 semaines
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 17 octobre 2019 - 19:10

Chile Eboe-Osuji, le pdt de la CPI saluant Mme Shirley Ayorkor Botchwey, la ministre ghanéenne des Affaires étrangères


Le président de la Cour Pénale internationale (CPI), le juge nigérian Chile Eboe-Osuji, a effectué une visite à Accra au Ghana le mardi dernier et a remercié le pays hôte de son ferme soutien à la Cour avant de relever sa valeur multiforme pour l’humanité. Osuji a profité de sa visite pour lancer un plaidoyer auprès du Président ghanéen Nana Akufo-Addo afin qu’il œuvre de sorte que le Togo et la Guinée-Bissau ratifient le Statut de Rome.


Pour ce qui est du statut actuel du Ghana par rapport à la CPI, le Président Akufo-Addo a déclaré que le Ghana mettra bientôt en place une législation nationale qui donnera effet au Statut de Rome, ce qui indique qu'il est attendu depuis longtemps.


Cliquez pour agrandir l'image  
 


Dans la déclaration faite à l'Institut de Gestion et d'Administration Publique du Ghana (GIMPA), Akufo-Addo a attesté que « Le Ghana reste attaché à ses obligations du Statut de Rome et le travail de la CPI. Nous n’avons pas encore adopté la loi de mise en œuvre qui donnera effet au Statut de Rome au niveau national. Cela fait longtemps et il est temps que nous y remédions. Je tiens à dire que nous y remédierons très bientôt ».


 

Le statut reconnaît que les Etats ont la juridiction et la principale obligation de détecter, enquêter, poursuivre et juger les crimes internationaux les plus graves, en vertu du droit international applicable et du Statut de Rome.

Cette reconnaissance se reflète dans le principe de complémentarité (énoncé dans le préambule, les articles 1 et 17 du Statut de Rome), qui constitue le fondement de la compétence de la CPI. La complémentarité signifie que les États ont l'obligation primordiale de mener des enquêtes et de poursuivre les responsables de crimes internationaux, mais également que la Cour n'interviendra que lorsque les Etats n'auront ni la volonté ni les capacités réelles de le faire.


Lors de sa conférence, le président de la CPI a exhorté le Président Akufo-Addo à aider la CPI à convaincre les Républiques du Togo et de la Guinée Bissau à ratifier le Statut de Rome comme l'ont fait les autres pays de la CEDEAO.

 

La CPI dément cibler uniquement les dirigeants africains


Le président de la CPI a dissipé la thèse de longue date selon laquelle la Cour ne vise que les dirigeants africains. Il a précisé que la compétence de la CPI n’est que complémentaire et qu’elle agit après que les tribunaux nationaux n’aient pas administré la justice.


A Accra, le président de la CPI a encouragé les avocats et les étudiants juristes à s'intéresser à la justice pénale internationale afin de rendre le monde meilleur.


 

La justice pénale internationale est un domaine du droit international qui appelle à la poursuite des planificateurs et des organisateurs des crimes de guerre et des violations des droits de l'homme les plus graves. En 1998, le Statut de Rome a été adopté, créant la Cour Pénale Internationale à La Haye aux Pays-Bas.

La Cour s'occupe des questions de génocide, de crimes contre l'humanité, de crimes de guerre et de crimes d'agression.


Mensah correspondant permanent de KOACI au Togo, Nigeria et Ghana


- Joindre la rédaction togolaise de koaci.com à Lomé: (+228) 98 95 28 38 ou koaci.ghana@gmail.com –


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement