Cameroun Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Cameroun: Les autorités confirment l'organisation des élections le 9 février 2020 dans un contexte sécuritaire tendu
 

Cameroun: Les autorités confirment l'organisation des élections le 9 février 2020 dans un contexte sécuritaire tendu

 
 
 
 1597 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 semaine
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 03 décembre 2019 - 02:16

Des électeurs dans un bureau de vote lors de l’élection présidentielle au Cameroun (Ph)



Au Cameroun, les autorités rassurent la communauté nationale et internationale sur la tenue le 9 février prochain des élections municipales et législatives alors que de nombreux partis politiques ont posé des conditions à leur participation au scrutin.


Ce lundi, René Emmanuel Sadi le ministre de la Communication (Mincom) et Paul Atanga Nji ministre de l’Administration territoriale (Minat, équivalent du ministère de l’Intérieur), ont rencontré les medias pour leur annoncer la tenue effective des élections le 9 février 2020.  


Selon le Mincom, la convocation du corps électoral par le chef de l’Etat est conforme aux dispositions légales et répond aux aspirations des camerounais. 


"La convocation du corps électoral dans la perspective de la tenue des prochaines élections législatives et municipales, est donc aussi et surtout, une réponse du chef de l’Etat aux attentes d’un peuple camerounais conscient et jaloux de sa souveraineté. Il y a donc lieu, de saluer la décision du président de la République, intervenue fort opportunément, dans une totale prise en compte des interpellations de ses concitoyens, en application de l’ordre légal et des prérogatives de droit à lui dévolues, et qui ouvre des perspectives nouvelles dans le jeu démocratique, avec l’élection imminente d’une Assemblée nationale rénovée et de nouveaux conseils municipaux", a déclaré René Emmanuel Sadi.  


 

Les autorités dénoncent les attitudes des responsables des partis politiques dont certains appellent soit au boycott du scrutin, soit à son report pur et simple ou encore, posent des conditions pour leur participation. 


" Le mandat des députés et des conseillers municipaux a été prorogé à deux reprises, et ce, conformément aux dispositions de l’article 15 de la constitution", souligne René Emmanuel Sadi.


 Il l’a été une première fois pour douze mois, à partir du 15 octobre 2018, ensuite, pour près de quatre mois, du 15 octobre 2019 au 09 février 2020


Selon les autorités camerounaises, ces prorogations ont été faites en total respect des dispositions de la constitution.


 Le code électoral, font-ils valoir, en son article 170, est formel : "même en cas de nécessité, la prorogation de leur mandat ne peut excéder 18 mois."


En rappel, le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (Mrc) a appelé au boycott du scrutin. Le Social Democratic Front (SDF, principal parti d’opposition) et le parti camerounais pour la reconstruction nationale (Pcrn) ont quant à eux, fixé des préalables à leur participation notamment la résolution de la crise anglophone d’une part et l’octroi de 15 jours supplémentaires pour la constitution des dossiers d’autre part.  


 

Enfin, les forces de défense et de sécurité pour leur part s’engagent à assurer la sécurité avant, pendant et après les élections dans les dix régions administratives. 


C’est dans ce cadre que les principaux responsables, des forces de défense et de sécurité ont tenu une réunion autour du ministre délégué à la présidence chargé de la défense.

 



Armand Ougock, correspondant permanent de Koaci au Cameroun

-Joindre la rédaction camerounaise de Koaci au 237 691154277-ou cameroun@koaci.com-


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Révélation du président du GIPAME, l'Etat doit il rapidement investir pour que la SIR propose du carburant propre?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Premier procès en corruption pour une affaire de 95 millions, écran de...
 
2367
Oui
55%  
 
1814
Non
42%  
 
122
Sans Avis
3%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement