Burkina Faso Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Burkina Faso: Human Rights watch demande une enquête crédible sur des « exécutions apparentes » par l'armée
 

Burkina Faso: Human Rights watch demande une enquête crédible sur des « exécutions apparentes » par l'armée

 
 
 
 2268 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 2 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 20 mai 2020 - 22:19

Les autorités du Burkina Faso devraient enquêter de manière « crédible et indépendante sur les allégations d'exécutions extrajudiciaires de 12 hommes détenus par des gendarmes», le 11 mai 2020 lors d'une opération de lutte contre le terrorisme à Tanwalbougou près de Fada N'Gourma, a déclaré Human Rights Watch (HRW) dans un communiqué. 


Le 13 mai, le procureur de Fada N’Gourma, dans la région de l’Est, avait annoncé une enquête sur les meurtres.  


Selon HRW, cette enquête devrait être «transférée dans la capitale, Ouagadougou, pour permettre une plus grande indépendance, impartialité et sécurité des témoins, et ses conclusions devraient être rendues publiques ».


«Le commandant du poste de gendarme de Tanwalbougou, où les hommes détenus sont décédés, devrait immédiatement être mis en congé administratif en attendant le résultat. Le gouvernement burkinabè devrait rechercher l'assistance médico-légale et autre nécessaire auprès de partenaires internationaux », poursuit le communiqué. 


 «Des suspects se retrouvant morts des heures après avoir été placés en garde à vue au cours d'opérations de lutte contre le terrorisme sont une forte indication d'un acte criminel», a déclaré Corinne Dufka, directrice du Sahel à Human Rights Watch.


 «Tuer des détenus au nom de la sécurité est à la fois illégal et contre-productif. Les personnes reconnues responsables de ces décès en détention devraient être pleinement et équitablement poursuivies », a-t-elle ajouté. 


Human Rights Watch expliqué avoir interrogé par téléphone 13 personnes au courant de l'incident dont 4 témoins des arrestations et 5 témoins de la récupération des corps et de l’enterrement des victimes.


Ces témoins ont fourni une liste de 12 victimes, tous des hommes de l'ethnie peule et dont un vieux de 70 ans. 


 

Dans sa déclaration du 13 mai, le procureur de Fada N'Gourma a indiqué que les Forces de défense et de sécurité du Burkina Faso avaient arrêté 25 personnes soupçonnées d '«actes de terrorisme» à Tanwalbougou dans la nuit du 11 au 12 mai et que «Malheureusement, 12 d'entre elles sont morts au cours de la même nuit dans les cellules où ils étaient détenus ». 


Des témoins ont déclaré à Human Rights Watch que les arrestations avaient eu lieu entre 13 h 30. et 14 h lors d'une opération le jour du marché dans la ville de Pentchangou, à 5 kilomètres de Tanwalbougou. 


«Mon arrivée le jour du marché à Pentchangou a coïncidé avec l'arrivée des soldats et de quelques VDF", a déclaré un témoin. 


 «Les soldats étaient dans quelques véhicules et les Volontaires de défense sur des motos. Tous étaient armés d'armes automatiques. », selon ce témoin. 


Bien que la déclaration du gouvernement ne spécule pas sur la mort des 12 hommes, des membres de la famille et des témoins qui ont récupéré les corps de la morgue de Fada N’gouroma et participé aux enterrements, ont déclaré qu'ils pensaient que les hommes avaient été abattus à la tête.  


"Il est évident, clair et évident qu'ils avaient tous des blessures à la tête", a déclaré un homme dont le frère était parmi les morts. "Certains avaient écrasé des crânes."



Des membres de leur famille ont déclaré qu'ils pensaient que les hommes avaient été exécutés sous la garde des gendarmes basés à Tanwalbougou. L'un d'eux a déclaré: «Le procureur a déclaré qu'ils étaient morts pendant la nuit dans la cellule, et pourtant ils avaient saigné abondamment, comme s'ils avaient reçu une balle dans la tête. Comment est-ce possible? "


 

La plupart ont dit qu'ils ne pouvaient reconnaître leurs proches que par leurs vêtements. "Nous avons identifié mon frère par son boubou ", a expliqué l'un d'eux.


 "Nous avons vu nos frères, nos pères et nos fils quitter la maison ce matin-là", a déclaré un autre. «De par l'apparence de leur corps, ils ont souffert de quelque chose de terrible.»


Les morts ont été enterrés à Fada N’Gourma le 13 mai après avoir été remis aux membres de la famille.


Dans un communiqué, le gouvernement burkinabé a dit déploré ces décès et rappelé qu’une enquête judiciaire a été ouverte par le procureur de Fada N’Gourma. 


«Une enquête administrative a été instruite afin de situer les responsabilités dans ce drame », a souligné le ministre de la communication Remis Dandjinou qui a rassuré que «les forces armées nationales mènent le combat contre le terrorisme avec pour souci le professionnalisme et le respect des engagements de notre pays en matière de droit international humanitaire et de droit de l’Homme ».


Boa, Ouagadougou


 
 
  Par Koaci
 
 
 

A LIRE AUSSI

Société
 
Burkina Faso : Plus de vingt morts dans une attaque à l'est, le premi...
 
 
Burkina Faso : Plus de vingt morts dans une attaque  à l'est, le premier ministre appelle à plus en vigilance et de solidarité
Société
 
Cameroun : Karaté, le président de la fédération et des entraîneurs su...
 
 
Cameroun : Karaté, le président de la fédération et des entraîneurs suspendus pour harcèlement sexuel sur des athlètes
Côte d'Ivoire :     Démarrage effectif de la 2ème phase du Programme d'aménagement et de gestion intégrée du bassin versant du Gourou
Société
Côte d'Ivoire : Démarrage effectif de la 2ème phase du Progra...
Côte d'Ivoire il y a 7 heures
 
Côte d'Ivoire : Organisation d'actions subversives, des individus, dont des cadres du PDCI, suivis de près par les services de renseignement
Société
Côte d'Ivoire : Organisation d'actions subversives, des individus...
Côte d'Ivoire il y a 10 heures
 
Côte d'Ivoire : Bouaké, tentant de voler dans un point mobile money, deux faussaires et un arnaqueur appréhendés par le gérant
Société
Côte d'Ivoire : Bouaké, tentant de voler dans un point mobile mon...
Côte d'Ivoire il y a 21 heures
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Burkina Faso: Human Rights watch demande une enquête crédible sur des « exécutions apparentes » par l'armée
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
SRIKABLA
Human Right Watch... ferait mieux d'aller enquêter sur la mort de 42 prisonniers "Bokoharamistes" qui étaient en détention au Tchad il y a 1 mois de cela...... Dans une guerre barbare et anti-conventionnelle pratiquée par les djihadistes au Burkina, tout "collabo" pris doit être éliminé. .. La population doit coopérer avec les soldats loyalistes.
 
 il y a 2 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Candidature de Ouattara, des appels à manifester peu suivis, changement d'époque?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Face à un cas de force majeure, Alassane Ouattara candidat à la prési...
 
5392
Oui
53%  
 
4584
Non
45%  
 
134
Sans Avis
1%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement