Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : « Affaire une mission de la police des stupéfiants pris à partie à Ayaou en mai dernier  » ce que le commissaire du gouvernement a décidé
 

Côte d'Ivoire : « Affaire une mission de la police des stupéfiants pris à partie à Ayaou en mai dernier » ce que le commissaire du gouvernement a décidé

 
 
 
 5033 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 an
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 08 septembre 2020 - 15:33

Un véhicule des policiers incendié en mai dernier à Ayaou 


Une mission de l’antenne de la police des stupéfiants et des drogues (DPSD) avait tourné en mai dernier à une chasse à l’homme dans la localité d’Ayaou département d’Aboisso, dans le sud-Comoé.


Les populations révoltées avaient fait échec à l’interpellation d’une dame suspectée de trafic de drogue.

Armés de machettes et fusils elles avaient attaqué les policiers dans l’exercice de leur fonction. Ceux-ci pour se protéger, ont ouvert le feu.


Bilan un mort et plusieurs blessés, le véhicule des policiers caillassé et incendié, dénotait la furie des manifestants.

Selon les informations relayées par le Tribunal Militaire d’Abidjan (TMA), les résultats de l’enquête sont parvenus au parquet du Commissaire du Gouvernement.


 

Le dossier comportant cependant quelques zones d’ombre et eu égard à la gravité des faits, Ange Kessi s’est rendu en août dernier dans la localité pour se faire une idée de ce qui s’est réellement passé et dissiper des doutes sur certaines questions qu’il se pose.


Nous apprenons que lors des échanges avec les populations, il a relevé qu’il est vrai que les policiers n’ont pas le droit de tirer sur la population et ils seront poursuivis devant la justice pour cela. Il appartiendra aux juges de dire s’ils ont agi en légitime défense ou non, mais il a demandé à son collègue du civil de rechercher et poursuivre manifestants qui se sont opposés à l’interpellation d’un suspect et exercer des violences contre eux.


Pour le procureur militaire, nul n’a le droit d’empêcher un policier ou un gendarme de faire son travail de police judiciaire c’est-à-dire constater les faits, rechercher les auteurs et les déférer devant la justice et de souligner que , le Tribunal Militaire ne condamnera pas un policier qui a tiré pour se défendre contre des attaques armées injustifiées lors d’une mission de recherche de la vérité.


Donatien Kautcha, Abidjan 



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : « Affaire une mission de la police des stupéfiants pris à partie à Ayaou en mai dernier » ce que le commissaire du gouvernement a décidé
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
SRIKABLA
La population d'Ayaou a très mal agi... Peut-être c'est cette dame qui leur fournit la drogue. Les auteurs doivent être sévèrement punis.
 
 il y a 1 an     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter