Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire :  Adjoumani après la sortie d'un confrère de la presse française : « la Côte d'Ivoire ne connaîtra pas de « guerre civile » ni de « désastre».»
 

Côte d'Ivoire : Adjoumani après la sortie d'un confrère de la presse française : « la Côte d'Ivoire ne connaîtra pas de « guerre civile » ni de « désastre».»

 
 
 
 12000 Vues
 
  6 Commentaire(s)
 
 Il y a 7 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - lundi 16 novembre 2020 - 17:56

Kobenan Kouassi Adjoumani


Le porte-parole en chef du RHDP, Kobenan Kouassi Adjoumani assure que la Côte d'Ivoire ne connaîtra pas de « guerre civile » ni de « désastre ».


Selon lui, son pays n'est pas non plus un terreau fertile favorable à l'expansion du djihadisme, parce qu'il n'est pas plus exposée à ce péril que les autres pays d'Afrique ou du monde.


Kobenan Kouassi Adjoumani a tenu ces propos en réaction à un article de presse publié le 13 novembre dernier dans "le Figaro", un journal de la presse française basé à Paris.


 

Il estime que son journaliste Yves Thréard, auteur de cette publication, s'est livré à un violent réquisitoire contre la réélection du Président Alassane Ouattara, en exposant des faits et des commentaires totalement erronés et excessivement orientés par des motivations qui ont mis en congé la neutralité et la recherche de l'objectivité si chères à la profession du journalisme.


"En effet, dans cet article intitulé « Côte d'Ivoire : Emmanuel Macron face au spectre d'un grand califat africain », le journaliste s'emploie péniblement à démontrer que « depuis l'élection pour un troisième mandat du Président Alassane Ouattara, l'ancienne colonie française est à feu et à sang ». Et pour créditer cette thèse, il n'hésite pas à appuyer sur des boutons sensibles en évoquant des scènes de décapitation qui seraient en cours en Côte d'Ivoire : « si ce pays sombre dans le chaos, c'est un pan de l'Afrique qui risque de bientôt chavirer. Au lieu de détourner le regard, la France et l'Europe devraient y regarder à deux fois. L'élection pour un troisième mandat d'Alassane Ouattara, le 31 octobre dernier, a déclenché une vague de violences inouïe. Les affrontements politiques et interethniques se multiplient. Des scènes de décapitation sont rapportées... », explique, le porte-parole principal du RHDP.


Pour terminer, il soutient que dans son réquisitoire contre la réélection du Président Alassane Ouattara, Yves Thréard, qui à l'image d'un grand nombre de nos confrères en France, écrivent sur la Côte d'Ivoire sans véritablement connaitre le Pays, semble malheureusement perdre de vue les agissements intolérables dans un Etat de droit des partisans de l'opposition.


Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  6 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Adjoumani après la sortie d'un confrère de la presse française : « la Côte d'Ivoire ne connaîtra pas de « guerre civile » ni de « désastre».»
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
jordanchoco2020
Bravo le vieux
 
 il y a 7 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
k
Étrangement cette presse française ne s’intéresse jamais à des pays ultra corrompus et qui ne piétinent les droits de l'homme comme le Nigeria par exemple
 
 il y a 7 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Batuta
Je doute fort que le Nigéria soit plus corrompu que la république de la pieuvre! En plus, là-bas, ils ont des élections démocratiques; de vraies! Ce qui est loin d'être le cas dans votre république bananière. Bandécon!
 
 il y a 7 mois
baryond
RÉPONDEUR AUTOMATIQUE. Toujours le même refrain périmé, le même disque rayé.
 
 il y a 7 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Khanel
Tu fumes quoi?? Co***
 
 il y a 7 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Pourfendeur
Je ne lis rien, mais absolument rien de faux dans les extraits rapportés par Koaci sur la situation en Côte d'Ivoire. Mieux, le journaliste français parle de violences après le scrutin, alors que ces violences ont été pré-électorales, électorales, et post-électorales. Adjoumani, dont l'usage est désormais périmé après le hold up réussi de Ouattara et dans la perspective d'un rajeunissement de l'équipe gouvernementale, voire même un gouvernement réduit en raison de l'ouverture à l'opposition, prend là la décision de s'offrir un peu de visibilité, sait-on jamais. Il faut bien mérité sa pitance !… Mais il perd aussi là une bonne occasion de se taire : le Figaro est un journal affiché à Droite, ce qui naturellement devrait l'incliner à soutenir Ouattara. Mais il se trouve que là, une limite a été franchie dans la barbarie avec ce shoot dans une tête décapitée. Soutenir quelqu'un, c'est aussi - et surtout - lui dire son fait.
 
 il y a 7 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement