Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Bouaké, après la décision du président Ouattara, des présidents de COGES grincent les dents
 

Côte d'Ivoire : Bouaké, après la décision du président Ouattara, des présidents de COGES grincent les dents

 
 
 
 5759 Vues
 
  5 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 an
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 17 décembre 2020 - 17:37

Des écoliers dans une école primaire (ph KOACI) 



« Pour ce nouveau mandat, notre réussite économique doit se mesurer, au-delà de la croissance de la richesse nationale, par notre capacité à offrir encore plus d’opportunités à chaque citoyen ivoirien aspirant à un mieux-être, notamment aux plus jeunes.

La priorité de notre action sera centrée sur l’éducation, la formation et l’emploi des jeunes.


Je réaffirme mon engagement en faveur de l’école obligatoire et la gratuité de l’école publique pour les enfants de 6 à 16 ans. Afin de lever tous les obstacles à la mise en œuvre complète de cet engagement, j’ai décidé que, pour compter de janvier 2021, le Gouvernement et les collectivités locales prendront en charge les frais des Comités de Gestion des Etablissements Scolaires, en abrégé COGES, jusque-là supportés par les parents d’élèves dans le

Primaire et le Secondaire.


L’éducation est un droit inaliénable pour tous les enfants de notre pays. Il est également le gage de la transmission des valeurs de génération en génération. Je ne ménagerai, donc, aucun effort pour préserver et garantir ce droit fondamental.» avait déclaré le président Alassane Ouattara, pendant la cérémonie de son investiture à un troisième mandat le lundi 14 décembre dernier.


 

Contrairement aux parents d'élèves qui ont salué cette décision du chef de l'État, des responsables de COGES de certaines écoles primaires et autres Lycées et Collèges rencontrés, ont accueilli cette déclaration du premier président de la troisième République ivoirienne, comme une épée de Damoclès au dessus d'eux.


En effet, ces responsables de COGES estiment que le président Ouattara, vient de mettre fin à leur « business ». Un des présidents de COGES d'une école primaire publique de Bouaké qui a requis l'anonymat, a confié à KOACI que « la décision prise par le président Alassane Ouattara n'est pas la bienvenue, elle ne nous arrange pas. Vous voyez, nous les responsables des COGES, on n'a pas de salaire en tant que tel. C'est avec les cotisations des parents d'élèves, que nous aussi nous subvenons à nos besoins. Certains d'entre nous ont pu aujourd'hui constuire leur propre maison avec l'argent de COGES des enfants...»


À la question de savoir pourquoi utiliser les cotisations des élèves sensées contribuer au bien être des écoles, à leur propre profit, ce responsable comme certains présidents de COGES interrogés, font savoir que « c'est notre business et notre gagne pain. Des enseignants sont dans le coup. On prend une bonne partie de la somme réunie et avec le restant, on effectue quelques travaux dans l'école.


La plupart des présidents de COGES de la région, c'est ce qu'ils font. Donc vous voyez que là c'est un frein net que le président vient de nous faire subir. Nous n'allons pas en rester là car certains d'entre nous avons discuter de cette décision et nous également, allons user de stratagèmes pour toujours avoir des fonds des élèves pour nous défendre. Retenez une chose, je parle sous réserve de certains de mes collègues que nous n'aprouvont pas cette décision là...»


Comme leurs parents, satisfaits également de cette décision du président de la République, des élèves espèrent qu'avec cette nouvelle, les grèves récurrentes liées à la problématique des frais annexes seront un lointain souvenir.


 

T.K.Emile, Bouaké

tkemile@koaci.com




 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Violences de la présidentielle 2020, les responsables politiques doivent ils être jugés ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Jean-Louis Gasset nouvel entraineur des éléphants, bon choix?
 
959
Oui
22%  
 
3269
Non
74%  
 
169
Sans Avis
4%  
 
 
 
 
 
 
 
  5 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Bouaké, après la décision du président Ouattara, des présidents de COGES grincent les dents
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
couly
" les présidents de COGES " qui bouffaient dedans lol
 
 il y a 1 an     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Peace101
Ah bon, donc pour ces véreux c'était un business. Si vous voulez faire du business, allez créer votre propre business, espèce d'escrocs...
 
 il y a 1 an     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Wence
Ai, ils ne s en cachent meme pas, ils grincent des fesses a la sueur du peuple. Des vanpires et vautours, tous ces parasites doivent etre brules a de l alcohol a 90 degree.
 
 il y a 1 an     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Zezeto
En plus tu n'as même pas honte de le dire...
 
 il y a 1 an     
  Veuillez vous connecter pour répondre
saintAB
vraiment bien fait pour eux. Ces responsables de COGES en complicité avec les directeurs et les inspecteurs arnaquaient les parents avec cette cotisation. Avec l'intervention du président, tout rentrera dans l'ordre j'espère.
 
 il y a 1 an     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter