Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Procès du bombardement de Bouaké, ce qu'Alliot Marie, De Villepin et Raffarin ont confié ce mardi à l'audience
 

Côte d'Ivoire : Procès du bombardement de Bouaké, ce qu'Alliot Marie, De Villepin et Raffarin ont confié ce mardi à l'audience

 
 
 
 5752 Vues
 
  3 Commentaire(s)
 
 Il y a 2 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 13 avril 2021 - 14:49

Les auditions tant attendues des figures importantes du Gouvernement français à l’époque du bombardement du camp militaire de Bouaké en novembre 2004 a eu lieu ce mardi 13 avril 2021 à la cour d’assises de Paris.


L’ancien Premier Ministre, Jean-Pierre Raffarin, les anciens Ministre de la Défense, Michèle Alliot Marie et Dominique De Villepin de l’intérieur ont été appelés à la barre.


Pour l’ancien locataire du Matignon, (2002-2005) : « Cette affaire est davantage liée à un dysfonctionnement qu'à un scénario secret au plus haut niveau de l’État... Tout se sait, et surtout lorsqu'il y a autant d'acteurs, on le saurait déjà », a déclaré Raffarin. « Je ne sais pas par quel ministère ce télégramme (d'arrestation des mercenaires) a été traité ! Il y a eu une mésestimation de la situation. Il n'était pas banal. »


Comme le Général Georgelin , Raffarin a affirmé que Jacques Chirac tenait Laurent Gbagbo pour responsable du bombardement du camp de Bouaké qui a fait 10 morts dont 09 soldats français et un civil américain.


Quant à De Villepin, il admet qu'il y a « sans doute eu des dysfonctionnements de l'État, au niveau organisation, procédure, judiciaire. 


« On a une nécessité de vérité, l'Etat doit faire mieux et il n'a pas fait tout ce qu’il devait faire », a-t-il indiqué et de poursuivre. « Il y a une chaîne d'informations que nous ne maitrisons pas (entre les ministères)... En tant qu'ancien ministre, je regrette que l'instruction de l'affaire n'ait pas été menée jusqu'au bout. On aurait fait un point plus proche de la réalité. »


 

Enfin, le tour de Marie Alliot Michèle qui avait désisté au départ avant d’accepter de venir témoigner après avoir été contrainte par la cour.


Cette dernière a relevé que, sa préoccupation a toujours été de savoir qui était à l'origine de ce bombardement, mais selon elle, il manquait un cadre juridique pour interroger ces hommes, puis, pour le Togo, l'absence de mandat international et d’ajouter.


« La priorité était alors de protéger les Français sur place, grâce aux militaires, pas d'enquêter sur les responsabilités du bombardement du 6 novembre 2004. « C'est alors que pour la première fois, en tant que Ministre de la Défense, j'ai envisagé une opération de la DGSE au Togo. Mais ces hommes étaient déjà repartis », a-t-elle soutenu.


Mais pourtant, ces huit (08) mercenaires Biélorusses sont restés deux (02) semaines aux mains des autorités Togolaises.


 

« Il n'est pas possible, vu le traumatisme ressenti avec Bouaké, qu'on ait pris volontairement la décision de ne rien faire concernant les mercenaires arrêtés au Togo. Je ne sais pas pourquoi le ministère de la Défense n'a pas été mis dans la boucle... J'ai déclassifié tout ce qui a été demandé. Ce n'était pas du ressort du ministre de la Défense d'obtenir cette information », a souligné Alliot Marie.


Avec le passage à la barre des témoins clés de l’affaire du bombardement de Bouaké, tous les regards sont désormais tournés vers les juges de la cour d’assises de Paris pour leur verdict qui permettra enfin de situer les responsabilités sur les commanditaires.


Donatien Kautcha, Abidjan 



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  3 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Procès du bombardement de Bouaké, ce qu'Alliot Marie, De Villepin et Raffarin ont confié ce mardi à l'audience
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Ubiquismus
Cette Alliot Marie ment comme elle respire. Elle serait bien en couple avec Dramane94. Les citer comme simples témoins montre que la France fonctionne comme une république bananière...
 
 il y a 2 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Babili
Ce procès montre les vraies faces d’un français: menteur-tricheur- manipulateur,MTM. Si les grands ministres défense, intérieur, premier méprisent la vie de leurs propres concitoyens en cachant pitoyablement la vérité aux familles victimes, de leurs propres fonctionnaires y’a t’il plus mépris que ça?????????Mais est ce que tous ces biélorusses sont tous morts déjà ???? Et leurs accompagnateurs ivoiriens? Si la justice ne s’intéresse pas à tout cela ce qu’elle connaît déjà les coupables avant même que le crime ne soit commis: Laurent Gbagbo.
 
 il y a 2 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Babili
Certainement sous pressions diverses des familles de victimes, l’Etat français organise cette mascarade de procès pour tout ramasser et tout refermer aussi vite que possible : quelle honte pour un pays qui se dit civilisé et des droits de l’homme????? Des soldats français tués comme des chiens .
 
 il y a 2 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement