Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Élections CNJCI, ça ne va pas, des irrégularités dénoncées, un report du scrutin exigé, le directeur de la vie associative accusé de faire du faux
 

Côte d'Ivoire : Élections CNJCI, ça ne va pas, des irrégularités dénoncées, un report du scrutin exigé, le directeur de la vie associative accusé de faire du faux

 
 
 
 2157 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 2 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 30 juin 2021 - 09:50

Joris Guy Doho et sa camarade devant la presse à Cocody (Ph KOACI)


Les élections pour le renouvellement des instances du Conseil national des Jeunes de Côte d'Ivoire (CNJCI) débutent dans quelques jours.


Au niveau départemental, les élections commencent à partir du 3 juillet 2021 et s’achèveront par la convention nationale qui se tiendra du 29 au 31 juillet 2021.


Sauf qu'à quelques jours de ces échéances beaucoup de bruits se font entendre ça et là au sein de la jeunesse.

Un renouvellement des instances au sein de la CNJCI qui n'est qu'une phase visible de l'iceberg ?


Qu'est-ce que cache ces différentes sorties des jeunes qui remettent pour la majorité en cause la sincérité des prochaines élections pour le renouvellement des instances de la CNJCI.


En tout cas, devant la presse hier mardi à Cocody, Joris Guy Doho et ses camarades ont dénoncé des irrégularités dans le processus, comme sur place constaté par KOACI.


Le membre du bureau sortant du CNJCI et en charge du bon déroulement du processus en cours a dénoncé « une gestion opaque » qui a occasionné de « nombreuses irrégularités » constatées.


« A la fin du mandat le 11 février 2021, le bureau national sur convocation du président national, Emmanuel N’Guessan Edima s’est réuni pour constater la fin du mandat et faire des propositions au ministre de la jeunesse pour faire des propositions pour un processus de renouvellement consensuel et transparent tout en mentionnant la nécessité de la prise de l’arrêté qui devra définir le processus. C’est seulement le 22 juin 2021 que la décision déterminant les modalités d’organisation de la convention du CNJCI par le ministère », a-t-il fait savoir pour commencer.


Pour ces jeunes, la direction de la vie associative et du renforcement des capacités des jeunes (DVARCJ) a tout organisé de façon unilatérale.


 

« Poursuivant dans son obstination à organiser le renouvellement sans le bureau exécutif du CNJCI ou impliquant partiellement certains en les réduisant aux personnalités primaires prévues en la matière. La DVARCJ a continué en annonçant le recensement des associations, le dépôt des candidatures, le recensement des électeurs. Ce processus a été conduit uniquement par le ministère sans l’implication du bureau national ni des délégués », a dénoncé Joris Doho.


Une gestion opaque de ce processus qui a occasionné, selon ces jeunes de nombreuses irrégularités.

Ils ont fait savoir que dans plusieurs départements, des associations qui n’ont jamais existés se retrouvent miraculeusement sur le listing.


Pour Vah Josué président du parlement Jeunes de Côte d'Ivoire : "une situation relative aux supposées élections des délégués du Conseil National de la Jeunesse de Côte d'Ivoire (CNJCI) d'une forfaiture qui s'organise en complicité avec certains collaborateurs du Ministre de la Promotion de la Jeunesse Mr Toure Mamadou en usurpant nos statuts et règlements intérieurs ainsi que notre récépissé de déclaration de notre organisation pour en faire parrainer certains jeunes autres que des membres du Parlement des Jeunes de Côte d'Ivoire PJCI pour candidater au nom de notre organisation a ses élections puis certains autres jeunes en violation des décisions d'assemblée générale extraordinaire en complicité avec certains directeurs régionaux de la promotion de la jeunesse dans les régions à d'autres fins.


 Cette pratique de certains collaborateurs du ministre de la Jeunesse est à son énième fois et nous ne saurons tolérer. Nous ne voulons légitimer ce CNJCI qui est créé par le gouvernement et qui est contre les réels intérêts de la jeunesse.


Vue du communiqué du PJCI

Cliquez pour agrandir l'image  
 


Joris Doho et ses amis ont pointé du doigt le faux orchestré par le directeur de la vie associative qui alors que les textes le lui interdisent s'est porté candidat pour prendre la tête de la CNJCI.


Pour toutes ces irrégularités, Joris Guy Doho et ses amis exigent, « le report des élections en vue du réaménagement du calendrier électoral ; la recomposition du jury de validation des associations et des dossiers de candidatures. Le retrait du sous-directeur de la direction de la vie associative et du renforcement des capacités des jeunes ; le retrait des associations qui n’ont aucune existence avérée dans les différents départements. Prendre toutes les dispositions qui garantissent un processus transparent et démocratique etc ».


Après cette sortie de Joris et ses camarades, la position du ministère de la jeunesse ne s'est pas faite attendre.


Réponse du berger à la bergère. Dans la même journée de ce mardi, quelques heures plus tard au ministère de la Jeunesse à l’immeuble Cnps, le directeur de la vie associative et du renforcement des capacités des jeunes a donné lui aussi une conférence de presse.


 

Constant Koffi rejette en bloc les faits relevés par Joris Doho. Il rétorque que ce n’est pas parce qu’il ne connaît pas personnellement certaines associations qu’il se donne le droit de leur dénier toute existence légale.


Selon le directeur, le processus a été bien mené jusque-là, conformément à l’arrêté qui donne des prérogatives au ministre d’organiser cette élection.


Il fait valoir que la phase du contentieux qui est même allé au-delà des délais prévus, est maintenant bouclée et a abouti à des retraits de noms ou d’associations tout comme à des ajouts sur la base des documents légaux présentés.


Il a ainsi annoncé les dates des différentes élections qui se déroulent progressivement dans les 120 départements du pays. Aussi a-t-il informé la presse du démarrage des opérations électorales le 3 juillet dans les départements de Kani, Séguéla, Touba. Suivront les départements de Gagnoa, Divo Oumé, Lakota, le 4 juillet 2021.


L’élection des délégués, a-t-il annoncé, prend fin le 17 juillet pour faire place à la convention le 29 juillet 2021.


"En notre âme et conscience, nous avons agi selon le droit », a fait savoir M. Koffi qui explique que ceux qui se plaignent sont allés au contentieux avec une idée préconçue, celle d’imposer leur position. Et parce qu’ils n’ont pas été suivis, ils crient au loup. Pour lui, le contentieux a d’ailleurs concerné moins de 20 % des départements et 60 délégués du bureau sortant sont candidats. Toute chose pour signifier la transparence du processus.


Jean Chrésus, Abidjan 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Élections CNJCI, ça ne va pas, des irrégularités dénoncées, un report du scrutin exigé, le directeur de la vie associative accusé de faire du faux
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement