Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Corruption, Ballo lance l'« opération coup de poing », transmission des dossiers des fonctionnaires et agents de l'Etat civils concernés au Procureur
 

Côte d'Ivoire : Corruption, Ballo lance l'« opération coup de poing », transmission des dossiers des fonctionnaires et agents de l'Etat civils concernés au Procureur

 
 
 
 6441 Vues
 
  5 Commentaire(s)
 
 Il y a 3 jours
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 14 septembre 2021 - 13:14

Zoro Epiphane Ballo ce mardi à Abidjan (ph KOACI)


Zoro Epiphane Ballo, ministre de la Promotion de la bonne gouvernance du renforcement des capacités et de la lutte contre la corruption (MPBGRCLC) a annoncé à la presse la conduite d'opérations de vérification dénommée « Coup de poing ».


Dans le cadre du renforcement de la lutte contre la corruption, le ministère de la Promotion de la bonne gouvernance du renforcement des capacités et de la lutte contre la corruption (MPBGRCLC) a été créé le 6 avril 2021 et a lancé il y a quelques mois en collaboration avec des structures spécialisées une série d'opérations de démantèlement d'actes de corruption dans des structures délivrant des services publics fréquemment utilisés par les populations.


Le ministre a expliqué que bien que la Côte d'Ivoire ait gagné depuis 2013, 9 points dans le classement de Transparency International, la perception des ivoiriens en matière de corruption ne s'est pas améliorée selon les résultats du sondage Afrobarometer.


La conduite d'opérations « coup de poing » vise à mener des investigations dans des structures délivrant des services publics et permettra de soulager le quotidien des ivoiriens en freinant les formes de corruption les plus pernicieuses dans ces structures visitées, en dissuadant la poursuite d'actes de corruption dans les autres structures délivrant des services publics et en améliorant la perception des ivoiriens sur les efforts entrepris par le gouvernement.


Selon, Zoro Epiphane Ballo, la conduite de ces opérations s'inscrit dans le cadre des résultats 1 et 3 de la feuille de route 2021 du Ministère, qui visent à dissuader les acteurs de la corruption et renforcer la relation de confiance entre l'État et les citoyens.


La démarche comprend trois volets : la phase de préparation des opérations ; la phase de mise en œuvre des opérations et la phase de la mise en place de dispositif anti-corruption dans les structures concernées.


«La phase de préparation a consisté à identifier une liste des structures à fort soupçon, d'identifier les formes de corruption à fort impact sur les populations et de mettre en place les équipes d'investigation. La phase de mise en œuvre nous a permis de conduire les opérations, de recueillir les preuves sur les actes de corruption ciblées et de détecter des actes flagrants de corruption. Enfin, la phase de mise en place de dispositif de prévention consistera à mettre en place des outils de mise en conformité afin de réduire le risque de survenance d'actes de corruption ; et de mettre en place un dispositif d'alerte pour les usagers et le personnel interne à la structure », a expliqué le ministre.


 

Les secteurs concernés ont été dévoilés au cours de cette rencontre. Le ministre a indiqué que selon les premières collectes d'information du Ministère et d'autres sources d'information émanant d'organisation diverses, notamment l'ONG TRANSPARENCY, des données de l'INS et AFROBAROMETER ont permis d'identifier des secteurs prioritaires et les formes de corruption les plus pernicieuses pour les populations.


Plusieurs services publics sont concernés par cette opération de vérification, il s'agit notamment du transport, de l'éducation, de la santé, de la justice et de la construction.


« Avec l'opération de vérification de faits de corruption signalés au niveau de la SICTA (Société Ivoirienne de Contrôles Techniques Automobiles et Industriels), il a été recueilli des preuves montrant des individus, non-agents de la SICTA « facilitateurs », recevant des pots-de-vin des mains d'usagers afin d'éviter les files d'attente à ceux-ci ; d'éluder les pénalités de retard et de leur assurer un passage avec succès lors du contrôle technique. Une autre opération de vérification d'allégations d'extorsion de fonds par des agents de sécurité (police et gendarmerie) lors de contrôles routiers nous a permis de recueillir des vidéos montrant des agents de police et de gendarmerie recevant des sommes d'argent des mains d'usagers. Enfin, il a été constaté des tracasseries routières en lien avec le convoyage de produits vivriers. A cet effet, je vous fais remarquer qu'une collecte de données sur le terrain nous a permis d'avoir une idée des sommes payées par les commerçants. Ainsi, sur l'axe Hiré-Abidjan, par exemple, le commerçant doit s'acquitter de la somme de 20.000 FCFA au total repartie entre les différents barrages pour espérer voir sa marchandise arrivée à destination. C'est aussi le cas sur l'axe Bandjahi-Abidjan où l'opérateur doit débourser la somme de 42.000 FCFA. Même cas de figure entre Bouaflé et Abidjan où la moyenne à payer est de 17.000 FCFA par camion. Et nous avons plusieurs exemples de cette nature », s'est justifié, le ministre.

« Ces pratiques ont un effet sur l'augmentation des produits de consommation. En clair, le racket a un lien avec la vie chère. Plus les transporteurs subissent des tracasseries routières, plus cela se fera sentir sur les ménages et le quotidien des populations », a-t-il mentionné.


Des soupçons de forte corruption pèsent dans certains services publics dans lesquels des vérifications aussi se feront afin de démanteler les réseaux. Ainsi, dans le secteur de l'éducation, le conférencier a indiqué qu'il est fait état de pression ou le paiement de pot-de-vin pour l'orientation d'élèves lors des affectations dans les écoles d'enseignement privé.


À cela, il a ajouté, l'affectation d'élèves fictifs dans les grandes écoles privées permettant ainsi de détourner les fonds ainsi libérés. Sans oublier le paiement de pots-de-vin aux surveillants lors des examens à grand tirage.


Au niveau de la santé, il est dénoncé le paiement de pots-de-vin pour accélérer la procédure ou obtenir l'accord d'enregistrement d'un médicament, outrepasser le contrôle qualité ou obtenir la certification de bonnes pratiques de fabrication. Et la facturation des soins réputés gratuits dans les hôpitaux publics.


Au niveau de la justice, il est aussi fait cas de soupçons de paiement de pots-de-vin aux démarcheurs pour accélérer le traitement des dossiers lors de l'établissement d'actes de justice ; du paiement de pots-de-vin moyennant abandon de poursuites ou prononciation de peines plus légères.


 

Enfin, au niveau de la construction, des soupçons de paiement de pots-de-vin afin d'acquérir le permis de construire ou modifier la propriété d'une ACD ; et le paiement de pots-de-vin au responsable ou élu de collectivités afin d'acquérir les parcelles sans passer par la procédure formelle sont dénoncés.


Zoro Epiphane Ballo a assuré que les résultats de ces investigations ont été transmis aux autorités compétentes et concernant les forces de défense et de sécurité, le Commissaire du gouvernement a été saisi.


En définitive, il a annoncé qu'il animera une conférence de presse conjointe à cet effet avec Ange Kessy Kouamé, le vendredi 17 septembre prochain afin de communiquer les poursuites engagées.


« En outre, pour les fonctionnaires et agents de l'Etat civils, les dossiers sont transmis au Procureur de la République, autorité compétente à cette fin, pour engager les poursuites pénales », a conclu, le ministre de la Promotion de la bonne gouvernance du renforcement des capacités et de la lutte contre la corruption (MPBGRCLC).



Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  5 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Corruption, Ballo lance l'« opération coup de poing », transmission des dossiers des fonctionnaires et agents de l'Etat civils concernés au Procureur
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
k
Quand l'hôpital se fout de la charité ça donne ça. Rien que dans le gouvernement de ADO entre le ministre de la Santé Dimba qui a vidé les caisses de l'Ageroute et le secrétaire d'État au transport qui a détourné l'argent public destiné à acheter des ambulances pour s'acheter un 4*4 ! Et c'est sur petits arrangements qui arrangent tout le monde que vous allez prendre pour oser venir masquer le tout !
 
 il y a 3 jours     
  Veuillez vous connecter pour répondre
jordanchoco2020
bonne initiatives ceux qui trouve que l'hopital se fou de la charité on demande ce qui a ete fait sur ce sujet jusqu'a present , apres des exemple de detournement sous hkb avec cacahuete ou sous koudou avec la filiere cacao bref on veut des actes mon coco les parole c'est bien mais vous aviez mis quoi en place avant si tu as rien a dire merci de laisser les gens travailler lol
 
 il y a 3 jours     
  Veuillez vous connecter pour répondre
k
Pardon pour Dimba et Serey Doh c'est exagéré, car su de tout un chacun. Quand même un peu de décence.
 
 il y a 3 jours
medinkemi
Le pauvre pendant que les autres tels que les Bictogo et tous ces Ministre s'empiffrent tranquillement, lui traque les petits fonctionnaires
 
 il y a 2 jours     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Zezeto
Zorro le bien nommé ton combat est noble, Toi et notre ange bien aimé kessi. Mais je crains qu'il ne soit sélectif. Akossi Noël pour lequel les preuves sont établis nargue en ce moment le peuple au nom des arrangements politiques alors que sa place est en prison. Je ne parle même pas des Katinan et de nady. Vous deviez commencer par là. Mais ce que vous, en tant qu'homme à la probité reconnue faites est bien. Vous êtes un homme de conviction et nous vous encourageons à être comme l'ange
 
 il y a 2 jours     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement