Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire-Mali : Sanctions de la Cedeao, des camions chargés, de coton, tourteaux et clinker   en partance pour le Mali bloqués sur le territoire ivoirien
 

Côte d'Ivoire-Mali : Sanctions de la Cedeao, des camions chargés, de coton, tourteaux et clinker en partance pour le Mali bloqués sur le territoire ivoirien

 
 
 
 17277 Vues
 
  7 Commentaire(s)
 
 Il y a 4 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 13 janvier 2022 - 09:28

Les camions bloqués (Ph) 




Les sanctions de la Communauté Économique des Etats de l’Afrique de ‘l’Ouest contre la République du Mail font dejà leurs premières victimes.


La fermeture des frontières terrestres crée dejà des désagréments à certains opérateurs économiques. C’est le cas déjà en Côte d’Ivoire. Selon des sources locales, des camions maliens et sénégalais chargés de tourteaux et de graine de coton à Korhogo pour Bamako et Dakar sont bloqués à Tengrela.


Cliquez pour agrandir l'image  
 


Nous apprenons également qu’une vingtaine de camions chargés de clinker, un constituant du ciment, sont stationnés au bureau des douanes ivoiriennes de Nigouni.


 

« Une vingtaine camions bennes chargé de Clinker au port de San Pedro  pour Bamako sont stationnés dans un parking de fortune à proximité de l'école primaire catholique », confie notre source.


Face au refus de la junte militaire au pouvoir au mali d’organiser les élections le plus rapidement possible pour le revenir à l’ordre constitutionnel, les chefs d’Etats de la Cedeao , réunis dimanche dernier à Accra , au Ghana, ont des sanctions suivantes : « Fermeture des frontières terrestres et aériennes entre les pays de la CEDEAO et le Mali ; Suspension des transactions commerciales entre les pays de la CEDEAO et le Mali ; Gel des avoirs de la république du Mali dans les banques centrales de la CEDEAO ; Suspension du Mali de toute aide financière des institutions financières de la CEDEAO (BIDC et BOAD) ; Activation de la force en attente de la CEDEAO.


Les sanctions jugées d’illégitimes, illégales et inhumaines par les autorités de Bamako, car elles pourraient avoir des répercussions au plan économique et social sur le peuple malien.


 

Donatien Kautcha, Abidjan 



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 
 
 
 
 
  7 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire-Mali : Sanctions de la Cedeao, des camions chargés, de coton, tourteaux et clinker en partance pour le Mali bloqués sur le territoire ivoirien
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Anticonformiste@
Le peuple que la junte utilise comme bouclier humain
 
 il y a 4 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
BenMar87
le seul à souffrir c'est le peuple
 
 il y a 4 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Mesmin Konin
Quelqu un qui a fait faire un embargo sur des medicaments pour que la Mort et la desolation frappe le plus grand nombre de ses concitoyens, vous le croyez human? La fin justifie les moyens pour lui
 
 il y a 4 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
YAIRAILON
Le président ADO est le responsable de tout ce qui se passe actuellement dans le monde,il fait chaud c'est lui, il y a inondations c'est lui,et pourtant il n'est pas président ni de L'UEMOA,ni de la CEDEAO mais on lui en veut pour des décisions communautaires prises par les15 pays indépendants et souverains.Mêmes les pays comme le grand NIGÉRIA,LE GHANA,LE SÉNÉGAL peuvent être influencés par ADO.Vraiment c'est méprisé tous ces chefs d'état.
 
 il y a 4 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
SRIKABLA
Ce genre d'embargo n'ont jamais fait plier un pays dans ce monde... les exemples sont legion....Le Mali pourra désormais faire passer ses produits(imports exports) par les ports de la Guinée, de la Mauritanie et meme de l'Algerie.
 
 il y a 4 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Pourfendeur
Je me rappelle les tournées et missions effectuées par Marcel Gossio pour faire revenir au port d'Abidjan le Mali, le Burkina et le Niger, pays qui s'étaient retourné vers les ports de Tema, de Lomé et de Conakry. A cette occasion, le Burkina avait même exigé d'entrer au capital du port d'Abidjan. Et ils sont tous revenus, permettant à notre port de reprendre ses activités et continuer son rayonnement. Aujourd'hui, pour des raison absurdes, ces beaux efforts seront sabordés pour faire plaisir au petit Emmanuel. Qui perd finalement ? Ou bien, "l'argent est trop" comme on dit ?
 
 il y a 4 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Zezeto
Quelle belle connerie !!!
 
 il y a 4 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter