Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Voici pourquoi les députés pro-Gbagbo ont rejeté  les projets de loi déterminants organisation  du Conseil Constitutionnel et celui  relatif à la composition et au fonctionnement du CE
 

Côte d'Ivoire : Voici pourquoi les députés pro-Gbagbo ont rejeté les projets de loi déterminants organisation du Conseil Constitutionnel et celui relatif à la composition et au fonctionnement du CE

 
 
 
 7632 Vues
 
  2 Commentaire(s)
 
 Il y a 4 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - vendredi 11 février 2022 - 09:15

Les députés EDS (Ph) 



Le groupe Parlementaire Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS) proche de Laurent Gbagbo a voté le jeudi 10 février 2022 contre les projets de loi déterminants l’organisation et le fonctionnement du Conseil Constitutionnel et celui portant sur la composition et le fonctionnement du Conseil Economique, Social, Environnemental et Culturel (CESEC).


En ce qui concerne le premier projet de loi, ces députés proches de l’opposition disent avoir tenu à rappeler lors de la séance plénière que, que depuis plusieurs années, la vie politique de notre pays est constamment marquée par de violentes crises cycliques pré et postélectorales qui occasionnent très souvent, de nombreux dégâts matériels, et fort malheureusement, de nombreuses pertes en vies humaines, traduisant ainsi l’incapacité de notre pays à s’aligner sur les standards internationaux de la démocratie.


A l’analyse des faits, le Groupe Parlementaire EDS conclut, avec tous les observateurs et analystes de la vie politique de notre pays, que le Conseil Constitutionnel, le juge des élections présidentielles et parlementaires n’est pas innocent dans ces crises à répétition. 


 

« En effet, juridiction constitutionnelle indépendante et impartiale, juge du contrôle de l’élection présidentielle et des élections parlementaires, aux termes de l’article 126 de la Constitution, le Conseil Constitutionnel a montré et démontré, au fil des élections, surtout les élections présidentielles, son incapacité à se démarquer de l’emprise du pouvoir qui l’a établi pour dire le droit, rien que le droit. Le moins qu’on puisse dire, est que, plutôt que d’unir les Ivoiriens par le droit, le Conseil Constitutionnel a réussi à installer entre eux, un véritable mur de méfiance au cœur de toutes les crises politiques de ces dernières années, ainsi que l’atteste l’histoire récente de notre pays. Ayant jugée partiale sa composition, comme le prévoit l’article 128 de la Constitution, et donc source de conflit, des organisations de la société civile et des partis politiques dont le nôtre, ont inscrit la question du Conseil constitutionnel en bonne place dans les discussions du dialogue politique actuellement en cours. Le Groupe parlementaire EDS s’est donc interrogé sur l’opportunité d’introduire ce projet de modification de la loi organique, maintenant, alors même que l’émissaire du Gouvernement au Dialogue politique a bel et bien inscrit la question du Conseil constitutionnel à l’ordre du jour dudit dialogue. Cette démarche du Gouvernement visait-elle à donner l’onction du Parlement à ce projet de loi afin de vider de sa substance la requête de l’opposition visant à revoir de fond en comble le cadre juridique, notamment la composition et le fonctionnement du Conseil constitutionnel en vue de le rendre plus consensuel ? Pour le Groupe parlementaire EDS, le moment choisi pour l’examen de ce projet de loi, une session extraordinaire, est suspect et cache un dessein inavoué. Ces interrogations et ces inquiétudes qui demeurent ont fondé le Groupe parlementaire EDS à voter contre l’adoption de ce texte lors de la plénière de ce jour », expliquent-ils dans une déclaration transmise ce vendredi à KOACI.


Quant à celui déterminant la composition et le fonctionnement du CESEC, Georges Armand Ouégnin et ses collègues, notent, relativement à la première motivation, qui n’exprime pas clairement les intentions de l’initiateur dudit projet , qu’en envisageant la détermination du nombre des conseillers par la voie de décret, alors qu’elle résulte de la loi, cette notion de rationalisation vise uniquement à soustraire le mode de fixation du nombre des conseillers économiques et sociaux (pouvoir éminemment important), du domaine de la loi, en sollicitant l’onction des Députés.


Le Groupe parlementaire EDS s’interroge de savoir s’il s’agit pour le Chef de l’Etat, de réduire purement et simplement le nombre des conseillers économiques, ou de l’adapter aux circonstances et besoins du moment.


En effet, le Groupe parlementaire EDS y voit la volonté du Chef de l’Exécutif d’augmenter, à souhait, le nombre des membres, quand il le veut, comme il le veut, rien que pour caser des amis politiques comme il nous est donné de le voir depuis un certain temps. Quant à la seconde motivation, l’attention du Groupe parlementaire EDS a été appelée sur le contenu non défini de la notion de « dysfonctionnement », laquelle fonde autorise le Chef de l’Etat, en vertu de la mesure envisagée, à proroger ou à abréger les mandats en cours ou de nommer de nouveaux membres.


« L’imprécision de cette notion dans le projet de loi donnera surement droit à des interprétations de tous genres, sauf la seule qui devrait permettre au Chef de l’Etat de recourir à ce droit et qui manque à ce projet de loi. Mieux, le Groupe parlementaire EDS observe que le défaut de définition de la notion de « dysfonctionnement » dans le projet de loi n’est certainement pas fortuit, tant la corrélation entre les pouvoirs à conférer au Chef de l’Etat dans le cadre du double objectif à atteindre, dans la modification envisagée par le projet de loi, est édifiante. Toutes choses qui semblent de nature à fragiliser davantage cette Institution. Ces interrogations et inquiétudes qui demeurent, ont fondé le Groupe parlementaire EDS à voter contre l’adoption de ce projet de loi au cours de la plénière de ce jour », justifient les députés pro-Gbagbo.


 


Donatien Kautcha, Abidjan 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Evasion à la MACA, le ministre de la justice a-t-il eu raison de limoger le régisseur ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Orages, la situation des dégâts est-elle moins pire que par le passé?
 
3430
Oui
57%  
 
2351
Non
39%  
 
236
Sans avis
4%  
 
 
 
 
 
 
 
  2 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Voici pourquoi les députés pro-Gbagbo ont rejeté les projets de loi déterminants organisation du Conseil Constitutionnel et celui relatif à la composition et au fonctionnement du CE
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Joperfal
Il est utopique de faire plier démocratiquement ou diplomatiquement tout pouvoir qui est né par la force des armes. Dialogue , au parlement...tout est une perte de temps. L'opposition aide à masquer la dictature de ce gouvernement 20 ans
 
 il y a 4 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
GUNICAO
viens alors prendre les armes et va faire la guerre. Comme tu trouve que le moyen démocratique ne suffit pas.
 
 il y a 4 mois
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter