Côte d'Ivoire Mode
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Politique de santé du Gouvernement ivoirien, le Parti de Gbagbo dénonce « une privatisation qui pointe à l'horizon »
 

Côte d'Ivoire : Politique de santé du Gouvernement ivoirien, le Parti de Gbagbo dénonce « une privatisation qui pointe à l'horizon »

 
 
 
 4133 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 an
 
 
 
 
 
© Koaci.com - vendredi 03 février 2023 - 14:31

Pr. Toussaint Toutou, chargé de la politique de santé du PPA-CI ici à Cocody au siège du Parti de Gbagbo (Ph KOACI)



Le Parti des Peuples Africains – Côte d’Ivoire (PPA-CI) se demande, comment un pays comme la Côte d’Ivoire qui a, à la fois un indice de développement aussi mauvais (classé 165e sur 169 pays) que ses indicateurs de santé (181e sur 195 pays classés), ne peut-il pas comprendre que la priorité pour ses populations l’accès facile aux soins de santé, l’accès facile aux médicaments de 1ère nécessité, un environnement et une hygiène de vie satisfaisants, vivre avec une ration alimentation suffisante et équilibrée.


Au cours de la dernière traditionnelle « Tribune du PPA-CI », animée au siège du parti à Cocody, le Professeur Toussaint Toutou, vice-président exécutif en charge de la politique de santé du Parti de Gbagbo, qui, pour la circonstance conduisait les échanges avec la presse, a au nom du Parti de Gbagbo pointé du doigt la mauvaise politique de santé du Gouvernement ivoirien.


Passant à la loupe toutes les mesures entreprises par le Gouvernement ivoirien dans le cadre du décret portant réforme hospitalière, le Parti de Gbagbo s’est interrogé si le Gouvernement ivoirien veut  laisser la gestion des hôpitaux publics progressivement aux mains d’entités privées.


 

Selon le Professeur Toussaint Toutou, si l’objectif inavoué de cette réforme hospitalière est la privatisation des hôpitaux publics, le PPA-CI, son Parti tient à rappeler aux gouvernants actuels que la constitution de 2016 dispose en ses articles 9 « toute personne a droit à l’éducation, à la formation professionnelle. Toute personne a également droit à un accès aux services de santé » et 32 « l’état s’engage à garantir les besoins spécifiques des personnes vulnérables. Il prend des mesures nécessaires pour prévenir la vulnérabilité des enfants, des femmes, des personnes âgées et des personnes en situation de handicap. Il s’engage pour ces personnes à garantir l’accès aux services de santé, l’éducation, à l’emploi à la culture ; au sport et aux loisirs ».


Ainsi, en vertu des dispositions de la constitution, le PPA-CI ne saurait tolérer cette énième mesure de privatisation qui s’annonce à l’horizon, dans un secteur clé comme celui de la santé. Il dénonce la violation du droit à la santé que cette réforme dans ses articles n° 30, 31, et 49 peut entraîner à terme pour les Ivoiriens et reste solidaire des organisations de la santé qui à l’annonce de la réforme s’étaient posé la question de savoir s’il ne s’agissait pas d’une privatisation qui ne dit pas son nom.


Le Parti de Gbagbo estime que la réforme hospitalière de la loi 2019-678 du 23 juillet 2019 assortie des décrets, 2021-465 portant organisation du Ministère de la santé, de l’hygiène publique et de la Couverture médicale, 2021-756 portant attribution, organisation et fonctionnement des établissements publics hospitaliers nationaux et 2021-757 portant attribution, organisation et fonctionnement des établissements publics hospitaliers régionaux a toutes les allures d’une privatisation de la santé.


« En 2020 aucune région sanitaire n’avait atteint la norme exigée de 23 personnels de santé toute qualification confondue/10 000 hts. La densité nationale reste très basse, autour de 9. La gouvernance n’était pas en cause et que la performance avait été impactée par des évènements imprévus. Donc nous nous posons la question de savoir pourquoi une réforme d’une telle envergure qui, d’un tenant touche à toutes les structures hospitalières qu’elles soient universitaires, régionales ou privées ? Le RASS 2020 éd 2021 est clair à ce sujet. On note, 96 services d’imagerie (SI) sont répertoriés sur le territoire national pour les établissements publics soit un ratio de 1 SI/339 148 hts avec les pires ratios dans le Tonkpi, le Nawa et Abidjan, seuls 40 % des districts sanitaires ont atteint la norme d’1 médecin/ 10 000 hts. Un bloc opératoire fonctionnel pour 218 624 hts. Un laboratoire de microbiologie/110 680 hts. Une ambulance pour environ 4 établissements sanitaires. De nombreux districts sanitaires de taille n’ont ni bloc, ni service d’imagerie ni laboratoire pour fonctionner de manière adéquate et continuent d’évacuer les malades qui auraient pu être traité sur place à condition que les parents en aient les moyens. Ce sont Korhogo2, Botro, Transsua, Tehini, Doropo etc. », a fait savoir le Professeur Toussaint Toutou.


Le conférencier a aussi affirmé que le programme de construction, réhabilitation et d’équipement d’une cinquantaine d’établissements hospitaliers et de six cent (600) centre de santé présente des insuffisances.


 

Enfin, sur ces différentes questions, le Parti de Gbagbo propose de redresser de manière prioritaire et urgente les piliers du système sanitaire que le RHDP a construit lamentablement depuis 21 ans, faisant avouer récemment à son 1er responsable de la santé que le système était à l’agonie. Le PPA-CI propose que les articles 30, 31, 49 soient retirés de la loi portant réforme hospitalière.


Le PPA-CI propose de n’effectuer aucune réforme des hôpitaux privilégiant l’apport de partenaires privés au détriment des prérogatives régaliennes de l’Etat.


 

                                                                                                                                                                            

Jean Chrésus, Abidjan 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Politique de santé du Gouvernement ivoirien, le Parti de Gbagbo dénonce « une privatisation qui pointe à l'horizon »
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter