Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire :    Cherté de la vie, des associations de consommateurs dénoncent la disparition de la baguette de pain de 150 FCFA, suite à la grève des boulangers et le non-respect du grammage exigé
 

Côte d'Ivoire : Cherté de la vie, des associations de consommateurs dénoncent la disparition de la baguette de pain de 150 FCFA, suite à la grève des boulangers et le non-respect du grammage exigé

 
 
 
 4634 Vues
 
  2 Commentaire(s)
 
 Il y a 3 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - vendredi 24 février 2023 - 14:40



Dans une déclaration conjointe face à la presse, le Conseil des consommateurs du district d'Abidjan (CCDA) et Signal Consommateur de Côte d'Ivoire, deux organisations de défense des droits des consommateurs ont dénoncé ce vendredi, la cherté de la vie matérialisée par la hausse des prix de certains produits de grande consommation.


«Ces dernières années les consommateurs ont été et continuent d’être éprouvé par la cherté de la vie. Les consommateurs ont l’impression que tout concourt à reprendre donc de la main gauche ce que l'Etat a donné ou va donner aux populations de la main droite. Car au moment où le gouvernement s’engage à améliorer les conditions de vie et de préserver le pouvoir d’achat des consommateurs, nous assistons à des hausses de prix de certains produits de grande consommation surtout ceux réglementés qui ont fait l’objet de plafonnement des prix dont la farine boulangère, la baguette de pain, la viande, l’huile raffinée, le riz, les tarifs publics de l’eau et de l’électricité, le transport, le gaz butane, le loyer d’habitation », ont indiqué le président du CCDA, Yao Kouamé Augustin et Coulibaly Toumani de Signal Consommateur de Côte d'Ivoire, dans leur déclaration conjointe.


 

A en croire les deux organisations de consommateurs, plusieurs enquêtes menées dans les marchés, boutiques et supermarchés révèlent que 90% des prix des produits et services en question ne respectent pas la réglementation en vigueur.


«Selon le constat 90% des prix de ces produits et services cités ci-dessus ne sont pas respectés sur le terrain au regard de la réglementation en vigueur. On en veut pour preuve tout récemment après le grève des boulangers, la disparition de la baguette de pain de 174 grammes au prix 150 FCFA sur le territoire. Il n’y a que la baguette de pain de 200 FCFA qui s’impose aux consommateurs de plus ne respectant même plus le grammage 232 relatif à la règlementation liée à la métrologie. Pire depuis cette date, il n’y a plus de contrôle des agents du Ministère du commerce dans les différentes boulangeries, les acteurs proposent ce qu’ils veulent sans respecter le grammage. C’est pareil pour le transport qui fait partie des produits règlementés, mais qui subissent des hausses du prix dans les différentes communes, tel que Yopougon, Cocody, Port-Bouët. Face à cette énième hausse du prix du carburant dont le prix du litre de l’essence est passé de 775 à 815 FCFA le litre, les consommateurs ne peuvent dissimuler leurs inquiétudes. Sans oublier la flambée du prix du loyer, au détriment de la loi N° 2019-576 DU 26 juin 2019 Instituant Code de la Construction et de L’habitat », ont indiqué , Yao et Coulibaly.


Face à la hausse des prix constatés, les deux organisations en veulent à Dr Ranie-Didice Bah-Koné, Secrétaire exécutif du Conseil national de lutte contre la vie chère (CNLVC) qui, pour eux a échoué dans sa mission de coordination et du suivi des actions du gouvernement et exigent sa démission.


«Il faut rappeler qu’en 2022, le Conseil National de Lutte Contre la Vie Chère avait annoncé dans la presse la mobilisation du gouvernement et la prise des actions immédiates enfin de régler le problème lié à la vie chère, et nous sommes en 2023 aucune amélioration bien au contraire, nous allons de mal en pis. A cet effet, la CNLVC a échoué dans sa mission de coordination et du suivi des actions du gouvernement dans le cadre de la mise en œuvre des mesures prises et des stratégies de lutte contre la vie chère. (…) Fort de ce constat, nous demandons la démission de la Secrétaire exécutive du conseil nationale de la lutte contre la vie chère Dr Ranie-Didice BAH-KONÉ », ont soutenu, les Présidents.


Ils menacent enfin d'organiser des grands mouvements de protestations des consommateurs si leur appel n'est pas attendu par les autorités.


Wassimagnon 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 
 
 
 
 
  2 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Cherté de la vie, des associations de consommateurs dénoncent la disparition de la baguette de pain de 150 FCFA, suite à la grève des boulangers et le non-respect du grammage exigé
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Yeux ouverts
Merci Merci et Merci
 
 il y a 3 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Sangys
Les gens sont compliqués dans ce pays là dêh !!! Ils veulent mettre du sable dans l'attiéké de Bah Kone comme ça. Astafroulaye!
 
 il y a 3 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter