Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : La restitution des corps des victimes de la crise post-électorale ne  doit pas faire oublier l'immensité de leurs attentes, selon des Organisations des Droits de l'Homme
 

Côte d'Ivoire : La restitution des corps des victimes de la crise post-électorale ne doit pas faire oublier l'immensité de leurs attentes, selon des Organisations des Droits de l'Homme

 
 
 
 5005 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 an
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mercredi 08 mars 2023 - 12:05

Après de longues années d’attente, plusieurs dizaines de corps exhumés à l’issue de la crise post-électorale doivent être remis, ce mercredi 08 Mars 2023, aux familles des victimes, à Guiglo, Blolequin et Toulepleu, dans l’Ouest de la Côte d’Ivoire.


La Ligue Ivoirienne des Droits de l’Homme Confédération des organisations Mouvement Ivoirien des Droits Humains (LIDHO), la Confédération des organisations Mouvement Ivoirien des Droits Humains des Victimes des Crises Ivoiriennes (COVICI) et le Mouvement Ivoirien des Droits Humains (MIDH), trois organisations de défense des droits de l’Homme saluent un acte important , mais qui ne doit pas faire oublier l’immensité des attentes des victimes.


« Si nos organisations se félicitent de cette avancée pour les familles et les communautés concernées, elles s’interrogent sur la méthode et appellent les autorités à tenir leurs engagements en faveur des victimes des crimes les plus graves. La remise des corps de victimes de la crise de 2010-2011 à leur famille est une avancée importante, qu’il faut saluer après des années de crispation et d’incompréhension à ce sujet, au sein des familles et communautés touchées. Cela doit permettre aux familles de faire enfin leur deuil et d’inhumer dignement leur proche », relèvent-t-elles dans une déclaration transmise à KOACI.


Pour rappel, ces actions font manifestement suite à l’engagement pris par le Premier Ministre, M. Patrick Achi, le 15 novembre dernier lors de la journée de la Paix tenue à Duékoué, de restituer l’ensemble des corps encore à la morgue avant le 31 janvier 2023. 


Si ces organisations se félicitent de cette action attendue de longue date, elles regrettent toutefois le peu de concertation et de préparation auprès des différents acteurs impliqués sur le terrain, à commencer par les familles elles-mêmes.


« Un geste aussi symbolique, 12 ans après la crise, aurait certainement mérité un travail de sensibilisation plus important pour permettre d’en garantir la portée et la bonne réception au sein des familles concernées et de veiller à ce que toutes les personnes touchées puissent effectivement participer aux cérémonies. A cette occasion, nos organisations demandent au gouvernement de Côte d’Ivoire d’établir un plan clair et concerté pour la poursuite des restitutions de corps et les différentes opérations d’exhumation et d’identification. En effet, un nombre limité de corps seront remis à leurs familles aujourd’hui », poursuivent-elles.


 

Selon la LIDHO, la COVICI et le MIDH, beaucoup de corps exhumés n’ont pas encore été identifiés et seul un travail rigoureux de recherche pourrait permettre d’identifier les familles des dépouilles toujours anonymes. 

De plus, et à les en croire, les corps de plusieurs fosses communes connues de tous n’ont toujours pas fait l’objet d’exhumation. 


« C’est en particulier le cas à Duékoué, où les fosses communes situées à l’entrée de la ville abriteraient, selon les différents bilans disponibles, plusieurs centaines de corps. Ces exhumations doivent être conduites dans les meilleures conditions, en étroite concertation avec les communautés concernées », soutiennent ces organisations.



 Le 8 février 2023, à l’occasion de la remise du Prix Felix Houphouët Boigny pour la paix à Mme Angela Merkel, le Président de la République, M. Alassane Ouattara rappelait à juste titre que « la promotion de la paix va de pair avec la justice ».


C’est en cela que , les Défenseurs des Droits de l’Homme, font savoir que, la restitution des corps ne doit pas faire oublier qu’aucune des victimes de Guiglo, Blolequin ou Toulepleu, n’a obtenu justice pour les crimes subis pendant la crise, à la suite de l’amnistie présidentielle accordée le 6 août 2018, qui a eu pour effet d’annuler tous les efforts de justice entrepris jusque-là.


 

« Un recours pour l’annulation de cette amnistie contraire aux engagement internationaux de la Côte d’Ivoire demeure toutefois pendant devant le Conseil d’État », rappellent-elles, avant de de lancer un appel au Gouvernement.


« Au-delà de la justice, les victimes ont également droit à des réparations. Nos organisations appellent ainsi le gouvernement à reprendre et intensifier le processus de réparations à destination des victimes des crimes les plus graves et à rendre compte de manière transparente du travail d’indemnisation engagé depuis 2015, successivement par la Commission nationale d’indemnisation des victimes (CONARIV), le Programme national de cohésion sociale (PNCS) et les différents ministères concernés », ont-elles conclu.


Lors de son déplacement à Duékoué le 15 novembre 2022, le Premier ministre, Patrick Achi, avait par ailleurs annoncé que les familles recevraient un dédommagement de la part de l’État. À ce jour, 4 410 ayants-droit de personnes décédées ont déjà reçu 1 million de francs CFA.


Donatien Kautcha, Abidjan 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara a-t-il raison de ne pas se prononcer "trop vite" sur 2025 ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Plus rassurés qu'avant quand s'ouvre la saison des pluies ?
 
1688
Oui
34%  
 
3129
Non
63%  
 
118
Sans avis
2%  
 
 
 
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : La restitution des corps des victimes de la crise post-électorale ne doit pas faire oublier l'immensité de leurs attentes, selon des Organisations des Droits de l'Homme
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
jordanchoco2020
moi je dis à la lido allez dire ca au fpi de gbagbo qui parlait de bissap et de comedien !!!!! jusqu'au bout leur bilan est a leur image!!
 
 il y a 1 an     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter