Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Pour la Directrice de la DOB, il n'est pas justifié de dire que le travail des enfants est un facteur prédictif du décrochage scolaire
 

Côte d'Ivoire : Pour la Directrice de la DOB, il n'est pas justifié de dire que le travail des enfants est un facteur prédictif du décrochage scolaire

 
 
 
 8081 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 6 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 14 décembre 2023 - 11:57

Karidia Koné Soukoulé, directrice de la DOB (Ph) 


« Le travail des enfants est contraire à la loi de 2015 (No 2015-635 du 17 septembre 2015) relative à l’enseignement dans laquelle il est fait obligation aux parents dont les enfants atteignent l’âge de 6 ans de les inscrire dans un établissement scolaire et de s’assurer de leur assiduité jusqu’à 16 ans. Donc, il n’est pas justifié de dire que le travail des enfants est un facteur prédictif du décrochage scolaire », fait savoir Madame Karidia Koné Soukoulé, Directrice de l’Orientation et des Bourses (DOB) dans un entretien accordé au site Gouvernemental.


Elle explique que, ces enfants travailleurs sont en dehors du système éducatif censé les accueillir pour leur apprentissage.


« Pour juguler cette situation qui constitue un frein au maintien des enfants dans le système éducatif, la DOB sensibilise d’abord les parents à scolariser leurs enfants en âge d’aller à l’école et que s’ils ne le font pas, ils s’exposent à des sanctions prévues par la loi (une peine d’emprisonnement de deux à six mois et une amende de 50 000 à 500 000 F CFA ou de l’une de ces deux peines seulement). La sensibilisation se fait à travers les activités de la DOB, à l’échelle nationale, ouvertes à tout le monde », informe-t-elle.


 

Poursuivant, Madame Karidia Koné Soukoulé, relève que, les motifs réels du décrochage scolaire sont expliqués par le test LYCAM que la DOB, à travers ses structures déconcentrées (les Centres d’Information et d’Orientation (CIO) et les Inspecteurs d’Orientation en établissement, implémente sur le terrain depuis 2019.


« À cet effet, l’administration du LYCAM dans les établissements en vue de détecter précocement des élèves potentiels décrocheurs révèle que de l’année 2019 à 2023, ce sont 35 376 élèves à risque de décrochage détectés dont il est constant d’observer que l’attitude de la famille à l’égard de l’école est le facteur le plus déterminant dans le risque de décrochage des élèves. Ce facteur fait référence à l’environnement familial (statut socio-économique et socioculturel) et aux comportements de la famille de l’élève (engagement parental) qui sont inhibants pour lui. Cela s’expliquerait par le désintérêt que la famille porte à l’endroit de l’école. Ce sont des familles qui portent un jugement dévalorisant sur l’école qui pourtant est un avantage pour leur enfant », explique la Directrice de la DOB, tout en soulignant que, les conséquences du décrochage sur la vie de l’élève peuvent être une réduction de ses chances à obtenir ou exercer un travail décemment rémunéré à long terme, sa vulnérabilité face à la consommation de substances nuisibles pour sa santé physique et mentale, ainsi que sa vulnérabilité face à la tentation à toutes sortes de vices et à la facilité du gain (actes délictueux, prostitution, …), etc.


Madame Karidia Koné Soukoulé révèle qu'à ce jour (à l’issue de la mission du 9 au 20 octobre 2023) 197 Cellules de Prévention et de Lutte contre le Décrochage Scolaire (CPLDS) installées et fonctionnelles sur les 268 attendues (73,50 % de CPLDS fonctionnelles sur le total attendu), tout en relevant leurs missions qui consistent à mettre en œuvre des actions de remédiation pour aider les élèves identifiés comme potentiels décrocheurs suite à l’administration du test psychotechnique le Lycée ça m’intéresse (LYCAM), au sein des établissements d’enseignement secondaire général publics et privés, à prévenir et lutter contre le décrochage scolaire et à accompagner aussi tout autre élève en difficulté d’apprentissage.


« Cela fait approximativement un an que les CPLDS sont installées et la plupart de ces cellules n’ont pas véritablement fonctionné compte tenu de leur mise en place tardive (le courrier de leur installation a été transmis aux DRENA au cours du deuxième trimestre de l’année scolaire 2022-2023). Malgré ces installations tardives, ces cellules ont permis, au cours de l’année scolaire 2022-2023, de détecter 9 759 élèves potentiels décrocheurs dont 3 249 ont pu être pris en charge. À l’issue de ce travail de prise en charge, 2 827 élèves potentiels décrocheurs ont été maintenus dans le système éducatif (soit un taux de maintien de 87,01 %) », a conclu la Directrice de l’Orientation et des Bourses (DOB).


Donatien Kautcha, Abidjan 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara a-t-il raison de ne pas se prononcer "trop vite" sur 2025 ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Plus rassurés qu'avant quand s'ouvre la saison des pluies ?
 
1688
Oui
34%  
 
3129
Non
63%  
 
118
Sans avis
2%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Pour la Directrice de la DOB, il n'est pas justifié de dire que le travail des enfants est un facteur prédictif du décrochage scolaire
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter