Nigeria Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Nigeria :  Avis partagés entre amendements et nouvelle Constitution
 

Nigeria : Avis partagés entre amendements et nouvelle Constitution

 
 
 
 1251 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 2 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - samedi 04 mai 2024 - 10:27

Couverture d'un livret de la Constitution de 1999 (ph)


Des nigérians formulent le vœu que la Constitution de 1999 de la quatrième République fédérale du Nigeria soit amendée ou réécrite car elle est considérée à tort ou à raison comme un texte élaboré sous un régime militaire de transition et imposée aux citoyens.


Les avis d’une part entre les nigérians qui sont faveur pour l’adoption d’une nouvelle Constitution et d’autre part ceux qui optent pour des amendements constitutionnels se font enregistrer en attendant qu’un choix collectif ne se fasse dans l’intérêt du peuple.


Avis en faveur d’une nouvelle Constitution


L'Association des avocats musulmans du Nigeria (MULAN) a déclaré que l'actuelle Constitution de 1999 de la République fédérale du Nigeria comporte de nombreux défauts et failles.


Selon le président national de MULAN, Kazeem Olajide Olaniyan, qui s’est prononcé hier jeudi à Ibadan, la capitale de l'État d'Oyo, le Nigeria a besoin d'une Constitution qui répondra aux défis actuels auxquels le pays est confronté.


Les ainés du pays sous l'égide du National Christian Elders Forum (NCEF), ont préconisé une nouvelle Constitution pour que le pouvoir soit délégué car il est actuellement concentré au centre, aux unités fédérées pour une prise en charge de leur sécurité.


Les tenants pour une nouvelle Constitution pensent que l’actuelle loi fondamentale n'a pas été rédigée par une Assemblée constituante élue ou une Commission constitutionnelle chargée du mandat du peuple de rédiger une nouvelle constitution pour guider son action et son avenir démocratique.


Pendant que certains soutiennent qu’une nouvelle Constitution est nécessaire après plus de 24 ans d’application d’un texte suspect imposé par l’Armée, d’autres prétextent que le préambule qui affirme que « Nous, le Peuple de la République fédérale du Nigeria, ayant résolu fermement et solennellement … » n’a pas été le fruit d’un travail unanime.


 

Avis défavorables et pour des amendements


Les opposants à l’idée d’une nouvelle constitution, lesquels sont des conservateurs, défendent que le problème du Nigeria n’est pas la Constitution mais la nature tordue des dirigeants. Ces conservateurs encouragent des amendements continus devant répondre aux besoins de l’ensemble des nigérians.


Dans cet élan, le gouverneur de l'État d'Oyo, Seyi Makinde, a prié les membres de la commission mixte de l'Assemblée nationale sur les questions électorales de recommander des amendements qui renforceront la démocratie nationale et uniront le pays.


Orientation de l’Assemblée nationale


L'Assemblée nationale qui suit de près les différents avis qu’émettent les nigérians a eu son mot à dire de sorte à orienter l’avenir du pays dans la stabilité et la quiétude.


Pour la représentation nationale, le processus de rédaction d'une nouvelle Constitution conduirait à l'anarchie et au chaos et qu'un pays ne peut sous aucun prétexte rejeter sa Constitution existante. La commission de révision de la Constitution de l’Assemblée, présidée par le vice-président Benjamin Kalu, a jusqu'ici reçu 13 500 avis sur divers sujets.


Le président de l’Assemblée nationale, Abbas Tajudeen, a admis que certains citoyens réclament l'abandon complet de l’actuelle Constitution au lieu d'un amendement, mais a relevé que des démocraties encore plus matures ont accepté cette position puisque les États-Unis ont ratifié 27 amendements à leur Constitution.


 

Les éventuels amendements pourront porter entre autres sur des questions comme des réformes électorales, la délégation du pouvoir, la police de l'État et l'attribution de rôles aux dirigeants traditionnels ». Le projet de loi à formuler, s'il est adopté par l'Assemblée nationale, devra obtenir l'approbation des deux tiers des 36 Assemblée des États du Nigeria.


Avant d’en arriver à cette étape, les nigérians devront s’accorder sur l'article 9 de la Constitution qui précise comment la Constitution peut être modifiée (et non amendée). Cet article confère à l'Assemblée nationale le pouvoir d'entamer le processus de modification constitutionnelle mais ne signifie pas que seule l’Assemblée nationale peut lancer le processus.


La Constitution de 1999


L'actuelle Constitution de la République fédérale du Nigeria a été adoptée en 1999. Elle est la quatrième Constitution depuis l'indépendance du Royaume-Uni en 1960, après celles de 1960, 1963 et 1979.


Entrée en vigueur le 29 mai 1999, la Constitution actuelle est le fruit d’un processus de transition mené par le gouvernement militaire du Général Abdusalami Abubakar, après plus de 15 ans de vains efforts pour restaurer un régime civil.


La quatrième République nigériane institue un régime fédéral basé sur la séparation des pouvoirs et gouverné par un président fort, s’inspirant du système américain. Des élections générales sont organisées tous les quatre ans.


Mensah,

Correspondant permanent de KOACI au Ghana, Togo et Nigeria

- Joindre la rédaction de koaci.com (+228) 98 95 28 38 ou koaci.ghana@gmail.com –


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : 2025, l'appel d'union de l'opposition de Gbagbo peut-il inverser la tendance face au RHDP ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire-Burkina : Accusation de déstabilisation portée par Ouaga contre Abidjan...
 
3333
Oui
71%  
 
1198
Non
26%  
 
151
Sans avis
3%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Nigeria : Avis partagés entre amendements et nouvelle Constitution
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter