Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire: Voici les innovations contenues dans le projet de loi sur la filiation adopté en Conseil des Ministres
 

Côte d'Ivoire: Voici les innovations contenues dans le projet de loi sur la filiation adopté en Conseil des Ministres

 
 
 
 8348 Vues
 
  1 Commentaire(s)
 
 Il y a 7 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - vendredi 03 mai 2019 - 16:50

© koaci.com – Vendredi 03 mai 2019 -Dans la droite ligne des réformes entreprises au niveau de nos textes de loi sur les droits des personnes et de la famille, le ministre de la justice et des Droits de l’homme, Sansan Kambilé, relève les innovations contenues dans le projet de loi sur la filiation qui a été adopté en Conseil des Ministres.

Le projet de loi relatif à  la filiation adopté par le Conseil des ministres en sa séance du 27 mars 2019 s’inscrit dans le cadre de la réforme du système judiciaire engagée par le Gouvernement. Il vise à  assurer la conformité du cadre juridique de la filiation aux engagements de la Côte d’Ivoire et à  prendre en compte l’évolution de la société ivoirienne.

« Ce projet de loi présente plusieurs innovations dont les plus importantes portent sur les points suivants : l’égalité de droits des enfants ; l’admission d’un nouveau cas d’ouverture de l’action en désaveu de paternité ; la simplification et clarification de la procédure de reconnaissance de l’enfant né hors mariage ; la suppression du délai d’exercice de l’action en recherche de paternité naturelle », relève le Garde des Sceaux.

Le projet de loi établit l’égalité de droits des enfants en matière d’établissement de la filiation paternelle à  travers la suppression de la différence de régime qui existe entre les enfants adultérins et incestueux, d’une part, et les autres enfants, d’autre part (enfant né dans le mariage, enfant naturel simple). Il met fin à  l’usage du vocable infamant d’« enfant adultérin » ou d’« enfant incestueux ». Il dispose ainsi que tout enfant a droit à  l’établissement de sa filiation à  l’égard de ses auteurs (article 4).

« En conséquence de ce principe, les dispositions qui exigeaient le consentement préalable de l’épouse pour la reconnaissance, par le mari, de son enfant adultérin ont été supprimées (articles 22 et 23 de la loi actuelle). Il y est substitué, l’information préalable de l’épouse avant la reconnaissance de l’enfant (article 22 du projet de loi) », explique-t-il.

Est également supprimée la disposition relative à  l’interdiction de reconnaissance, par ses parents, de l’enfant né d’un commerce incestueux (article 24 de la loi actuelle).


Cette réforme faite dans l’intérêt de l’enfant, consacre le droit reconnu par la Convention internationale relative aux droits de l’enfant ratifiée par la Côte d’Ivoire le 4 février 1991 (articles 3 et 7) à  chaque enfant d’être reconnu et de voir sa filiation être établie à  l’égard de ses auteurs quel que soit le statut de ces derniers (mariés ou non). L’information préalable de l’épouse vise à  aboutir à  un juste équilibre entre les intérêts de l’enfant, ceux de la femme et de la famille légitime.

Pour l’admission d’un nouveau cas d’ouverture de l’action en désaveu de paternité, le projet de loi prévoit un nouveau cas d’ouverture de l’action en désaveu de paternité de l’enfant né dans le mariage. En effet, outre le cas traditionnel d’ouverture de l’action en désaveu de paternité (le mari était dans l’impossibilité physique de cohabiter avec sa femme pendant la période légale de conception de l’enfant conçu et né dans le mariage), le mari peut désormais désavouer l’enfant né de son épouse, s’il prouve en se fondant sur les données acquises de la science médicale qu’il ne peut en être le père (article 4).

« Cette innovation, qui intègre l’évolution de la science (recourir aux analyses scientifiques tel le test d’ADN), vise à  réparer l’injustice faite au mari de se voir attribuer, sans possibilité de recours, une paternité que même la science médicale lui dénie. L’enfant ainsi désavoué pourra voir sa filiation paternelle établie conformément à  la filiation biologique », poursuit M. Kambilé.

Pour la simplification et clarification de la procédure de reconnaissance de l’enfant né hors mariage : Le projet de loi apporte également des précisions quant à  la procédure de reconnaissance de l’enfant naturel afin de simplifier.

« Ainsi, il prévoit que la reconnaissance de l’enfant né hors mariage doit en principe être faite dans l’acte de naissance et au moment de son établissement (article 20). Il est toutefois possible de procéder à  cette reconnaissance avant l’établissement de l’acte de naissance par acte authentique (article 20 alinéa 3). Dans une telle hypothèse, l’acte de reconnaissance est reçu par l’officier de l’état civil au moment de l’établissement de l’acte de naissance pour mention (article 20 alinéa 3) », indique le ministre de la justice et des droits de l’homme.

Par ailleurs, le projet de loi précise que la reconnaissance peut être faite après la déclaration de naissance. Dans ce cas, elle ne sera alors reçue par l’officier de l’état civil pour mention que sur autorisation du Procureur de la République (article 21). L’autorisation du Procureur de la République permet de garantir la fiabilité et la sincérité de la mention relative à  la reconnaissance.

Enfin pour la suppression du délai d’exercice de l’action en recherche de paternité naturelle :Relativement à  l’action en recherche de paternité, le projet de loi supprime les dispositions fixant le délai d’un an reconnu à  l’enfant à  compter de sa majorité, pour exercer l’action en recherche de paternité (article 26 alinéa 5 de la loi actuelle).

« Désormais, l’enfant né hors mariage peut agir à  tout moment, sous réserve du délai de prescription de droit commun qui est de trente ans (article 2262 du code civil), pour obtenir l’établissement de sa filiation paternelle. La réforme ainsi entreprise a l’avantage de ne plus priver prématurément l’enfant du droit d’agir pour l’établissement d’une filiation dont il n’a eu la révélation que tardivement », a conclu le garde des sceaux.

Donatien Kautcha, Abidjan
 
 
  Par Koaci
 
 
 

A LIRE AUSSI

Société
 
Cote d'Ivoire: Depuis le Plateau, le Gouverneur Beugré Mambé, devant l...
 
 
Cote d'Ivoire: Depuis le Plateau, le Gouverneur Beugré Mambé, devant les handicapés «les élections présidentielles de 2020 doivent être une fête»
Société
 
Côte d'Ivoire: Le célèbre carrefour de Gabriel gare rasé !
 
 
Côte d'Ivoire: Le célèbre carrefour de Gabriel gare rasé !
Togo: Présidentielle 2020, appel de la CENI à candidature
Société
Togo: Présidentielle 2020, appel de la CENI à candidature
Togo il y a 1 jour
 
Togo:  Dernier semestre 2019, bilan des suicides, assassinats et accidents
Société
Togo: Dernier semestre 2019, bilan des suicides, assassinats et...
Togo il y a 1 jour
 
Côte d'Ivoire: Un mort dans une bagarre entre un étudiant et un élève à l'ouest
Société
Côte d'Ivoire: Un mort dans une bagarre entre un étudiant et un é...
Côte d'Ivoire il y a 1 jour
 
 
 
 
  1 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire: Voici les innovations contenues dans le projet de loi sur la filiation adopté en Conseil des Ministres
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
16323
Moi je me demande ce qu'on fait ou dit cette loi quand des batards adultérins comme le bété prostitué gbagba (au kiki non coupé) fait u r vingtaine d'enfant ? C'est de la dépravation de pervers comme tout bété et assimilés qui typique... Et dire que c'était un président même accidentel...
 
 il y a 7 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Révélation du président du GIPAME, l'Etat doit il rapidement investir pour que la SIR propose du carburant propre?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire: Premier procès en corruption pour une affaire de 95 millions, écran de...
 
2367
Oui
55%  
 
1814
Non
42%  
 
122
Sans Avis
3%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement