Cameroun Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Cameroun : Le pouvoir veut réduire au silence le mouvement « Paul Biya doit partir »
 

Cameroun : Le pouvoir veut réduire au silence le mouvement « Paul Biya doit partir »

 
 
 
 1157 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 semaine
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 08 octobre 2020 - 08:54

(Ph)


Depuis le lancement des manifestations anti-Biya, plusieurs membres de l’opposition ont été arrêtés. Certains ont été libérés après enquêtes, d’autres sont poursuivis pour des faits graves.


Plusieurs centaines de militants de l’opposition ont été arrêtés lors des manifestations du 22 septembre. Ils sont poursuivis devant le tribunal militaire pour « apologie d’acte de terrorisme, hostilité envers la patrie et insurrection », indiquent les officiers de police judiciaire.


Séquestration 


 

Maurice Kamto, le président national du Mrc est toujours en résidence surveillée. Il ne peut pas sortir de son domicile. 

Le 5 octobre dernier, les conseils de Maurice Kamto ont sollicité devant la justice la levée de cette « assignation à résidence de fait », mais leur requête a été rejetée. Ils envisagent désormais de poursuivre les autorités pour voies de fait

.

Alain Fogue et Bibou Nissack, deux cadres du directoire national du Mrc sont en détention administrative au Secrétariat d’Etat à la Défense (Sed, quartier général de la gendarmerie nationale.) Ils sont détenus depuis près de trois semaines.

Ils sont considérés comme les organisateurs des manifestations anti-Biya du 22 septembre 2020 qui ont été réprimées par la police.


Robert Amsterdam, avocat commis par le Mrc a dénoncé le silence de la communauté internationale dans les violations des droits de l’homme contre les militants de l’opposition au Cameroun.

« Le monde n’attache pas assez d’importance aux graves violations des droits de l’homme au Cameroun par le régime Biya. Nous préparons un nouveau livre blanc pour faire la lumière sur la situation alarmante et révéler ce que subissent les camerounais, le Mrc et Maurice Kamto » a écrit l’avocat canadien. 


Le mouvement « Stand Up For Cameroon » a également dénoncé l’arrestation de ses militants lors des préparatifs des manifestations anti-Biya. 

Ils sont poursuivis devant le tribunal militaire.


Armand Ougock, correspondant permanent de Koaci au Cameroun. 

-Joindre la rédaction camerounaise de Koaci au 237 691154277-ou cameroun@koaci.com-

 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement