Côte d'Ivoire Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Souleymane Diarrassouba dans le viseur du groupe parlementaire PDCI sur la cherté de la vie
 

Côte d'Ivoire : Souleymane Diarrassouba dans le viseur du groupe parlementaire PDCI sur la cherté de la vie

 
 
 
 5399 Vues
 
  2 Commentaire(s)
 
 Il y a 4 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - lundi 31 mai 2021 - 17:34

Souleymane Diarrassouba




Trois semaines après le point de presse que le Groupe parlementaire PDCI a tenu, le 10 mai dernier, relativement à une procédure invitant le Ministre des Mines, du Pétrole et de l'Energie, Souleymane Diarrassouba, à bien vouloir se prêter à l'exercice constitutionnel de la Question Orale Avec Débat, il était à nouveau face à la presse aujourd'hui.


En attendant que cette 1ère Question Orale soit examinée dès l'adoption du calendrier des travaux parlementaires, le Groupe parlementaire PDCI-RDA, a transmis ce jour, une correspondance à monsieur le Ministre du Commerce et de l'Industrie, aux fins qu'il se soumette à un débat qui permettra de situer sur les causes profondes des coûts anormalement élevés des produits de consommation courante, ainsi que de certains services de base.


Selon, Yasmina Ouegnin, Vice-présidente du Groupe parlementaire PDCI-RDA Chargée de la Veille Stratégique, Porte-parole, cette rencontre d'échanges devrait offrir l'opportunité à monsieur le Ministre du Commerce et de l'Industrie, d'exposer les mesures idoines et actions concrètes qu'il envisage comme réponses aux problèmes liés à la cherté de la vie.


"C'est, toujours soucieux de l'exigence de transparence et de l'impératif de responsabilité que, par le mécanisme de la « Question Orale Avec Débat », les députés membres du Groupe parlementaire PDCI-RDA, sollicitent du Gouvernement, non seulement des explications, elles-mêmes fortement attendues par l'ensemble des consommateurs, mais également les initiatives qui sauront apaiser durablement nos vaillantes populations, quant au pouvoir d'achat qui fond comme peau de chagrin, à mesure que les coûts de nombreux biens et services ne cessent de grimper", explique, la porte-parole.


Dans le courrier adressé au ministre de l'Industrie et du Commerce, le Groupe parlementaire PDCI affirme que le Gouvernement n'a pas réussi, en une dizaine d'années, à inverser la courbe de la pauvreté dans le pays, alors que conformément à ses dires, la Côte d'Ivoire aurait dû émerger depuis plus d'un an, et que les années 2020 et 2021 avaient été annoncées comme étant axées sur le Social, avec la mise en place du programme social, le PSGOUV, en 2019.


 

"De manière récurrente, la grogne se fait ressentir au sein des populations ivoiriennes, notamment dans les couches les plus démunies ; la cherté de la vie étant devenue endémique. L'inflation en Côte d'Ivoire se situait autour de 1,5% en mai 2020. Mais, même si ce taux d'inflation a été jusque-là théoriquement maitrisé en dessous de la norme admise au sein de l'UEMOA qui est de 3%, force est constater qu'il a connu une constante hausse de juin à octobre 2020, passant ainsi de 1,6% à 2,3%, selon les chiffres de Financial Afrik", précise, un document signé du Député de Yopougono Yohou Dia Houphouët Augustin Armand.


Selon lui, aujourd'hui, la situation est très alarmante, les populations ivoiriennes vivent une Véritable Crise du Panier de la Ménagère, qui se manifeste par une augmentation continue des prix des denrées alimentaires et des produits de première nécessité (riz, savon, lait, huile...etc.).


" A titre d'illustration, le prix du bidon de 25 litres d'une certaine marque d'huile de palme est passé de 20.000 à 24.500 fcfa, tandis que celui de 20 litres d'une marque concurrente vendue préalablement à 16 000fcfa se retrouve à 19.500 fcfa; le prix de la bouteille de 1,5 Litres d'huile de palme revient à 1.700 fcfa au lieu de 1.450 fcfa, selon les informations communiquées, courant mai 2021 par le Conseil National de Lutte Contre la Vie Chère. Le prix de la tonne de ciment quant à lui est passé de 65.000 à 90.000 fcfa et dans certaines zones rurales, il atteint les 110.000 fcfa à l'Est du pays tandis qu'à l'Ouest, il est de 120.000 fcfa. Comme on peut le constater ces augmentations frôlent presque les 50 % dans certains cas. Les faibles fluctuations des cours mondiaux de certains produits de base ne peuvent expliquer de telles augmentations. Même les produits vivriers locaux n'échappent pas à ce phénomène (banane, tomate, piment, poisson et les fruits de mer, la viande, les fruits et légume, etc.)", s'est justifié, le groupe Parlementaire PDCI-RDA.


En plus des coûts élevés des produits de grande consommation, les députés PDCI soutiennent que d'autres secteurs enregistrent des hausses considérables.


"En effet, un véritable drame se joue dans le secteur de la Santé.


 

Les prestations dans les hôpitaux publics sont aussi sujettes à une inflation. La progression constante des coûts des actes médicaux fait reculer les populations au faible pouvoir d'achat ; en témoigne le prix dissuasif d'une poche de sang à Bondoukou, Agnibilékro, Abengourou et Daoukro, par exemple, où en lieu et place des 3.000 fcfa d'usage, il faut débourser parfois jusqu'à 10.000 fcfa", mentionne le Groupe parlementaire dans son courrier.


Face à cette situation qui affecte le quotidien de toutes les couches sociales des populations, les députés du PDCI ne comprennent pas l'inertie, voire l'impuissance du gouvernement à y faire face et estime qu'il aurait dû anticiper.,


C'est donc dans un contexte où les populations les plus vulnérables se sentent exclues de la politique de relance économique du Gouvernement que le groupe parlementaire PDCI-RDA à l'Assemblée nationale veut être éclairé sur les causes réelles de la flambée des prix des produits de première nécessité sur le marché ivoirien et de lui préciser les causes de la Cherté de la Vie sur l'ensemble du territoire national.


Wassimagnon


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 
 
  2 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Souleymane Diarrassouba dans le viseur du groupe parlementaire PDCI sur la cherté de la vie
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
SRIKABLA
Meme s'ils ne sont pas écoutés, J'aime ces députés qui se battent pour défendre les pauvres qui souffrent.... BRAVO á ce groupe parlementaire PDCI. Les Ivoiriens ordinaires souffrent beaucoup de la cherté de la vie, alors que le pouvoir affirme tout temps que le peuple vit bien. Poser des actes isolés tels que les distributions des bons du panier de la ménagère ne pourrait être une solution aux problèmes des Ivoiriens. Le RDR avait bel et bien une feuille de route avant de prendre le pouvoir.... mais depuis 11 ans le pouvoir patauge dans la boue avec sa politique de N'zassa ou zig-zag.
 
 il y a 4 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Mesmin Konin
Si seulement notre Cher ministre accepte et que le debat soit televise cela nous aiderait a comprendre. Le ministre s est retrouve sur un marche demandant le prix de la viande sans os, les prix qu on lui a indique a la television sont largement en deca de ce que nos menageres payent au marche. Les prix deviennent exorbitant, il se dit que le ratio dettes PIB risque de passer a 59-60%. On a mobilise meme les commissariats, gendarmeries pour renflouer les caisses (ils ont des objectifs et quota a remplir) en donnant des contraventions a l emporte-pieces. Bref on espere que nos ministres viendront nous rassurer sur les perspectives a court terme pour l eau, l electricite l inflation des prix des denrees alimentaires et celle du logement (meme la sicogi vend des maisons a des centaines de millions)
 
 il y a 4 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Scandale des nominations au COCAN, le ministre des sports a-t-il agi avec l'assentiment du président Ouattara?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Cité dans l'enquête internationale Pandora papers, coup dur pour Patr...
 
3112
Oui
48%  
 
3114
Non
48%  
 
219
Sans Avis
3%  
 
 
ABONNEZ-VOUS A KOACI
 
 
700 F CFA
 
1,07 €
* Paiement hebdomadaire sans engagement