Nigeria Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Nigeria :  Création et contestation de taxe sur groupes électrogènes à Abuja
 

Nigeria : Création et contestation de taxe sur groupes électrogènes à Abuja

 
 
 
 2674 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 9 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 05 août 2021 - 15:29


Entrée de l’AMAC (ph)


Le Conseil municipal d'Abuja (AMAC) au Nigeria projette d’imposer une taxe de 100 000 Naira, soit 135 000 F Cfa, sur les entreprises dans la capitale fédérale qui s’alimentent avec de groupes électrogènes. Cette taxe selon l'AMAC est liée aux substances nocives qu’émettent les groupes électrogènes dans l'air, dans l'eau et dans le sol.


La nouvelle a déplu aux propriétaires d'entreprises à Abuja, lesquels ont désapprouvé la décision des autorités locales d'imposer une taxe aux entreprises qui utilisent des groupes électrogènes pour avoir de l’énergie électrique.


La décision


La note d’information relative à cette taxe énonce que « La direction des Services Environnementaux du conseil municipal d'Abuja (ESD) souhaite vous informer des prélèvements/frais dus au Conseil municipal d'Abuja pour la limite des permis d'émission de gaz ».


 

Sur ce sujet, le directeur de la santé publique, chef de la défense de l'environnement de l'AMAC, Ahmed Haruna, a déclaré que les industries, les entrepôts et les banques doivent payer une redevance annuelle pour l'utilisation des générateurs en raison du rejet de substances dangereuses nocives dans l’air.


Les entreprises concernées par la décision sont celles qui utilisent les groupes électrogènes pour faire fonctionner des magasins, des boulangeries, des équipements de construction, de stations-services, etc. La mairie d’Abuja a adossé la décision sur la conformité à une disposition constitutionnelle telle qu'amendée en vertu de la fonction de l'Autorité des collectivités locales.


Indignations


Les chefs d’entreprises ont déploré le projet de la taxe de 100 000 Naira imposée aux opérateurs commerciaux par le Conseil municipal d'Abuja.


Le président de l'Association des maîtres boulangers et traiteurs à Abuja, Ishaq Abdulkareem, a fait savoir que ses membres ne suivront pas à la directive qui a été émise. Abdulkareem s’est demandé si c’est de leur faute si la fourniture de l’énergie électrique est instable et comment ils peuvent comprendre la paye d’une taxe sur leur propre moyen de production du courant électrique.


De leur côté, la Chambre de commerce et d'industrie d'Abuja a demandé aux autorités du conseil municipal de suspendre la taxe de 100 000 Naira imposée aux boulangeries et autres entreprises dans la capitale.


 

Les chefs d’entreprises craignent que l'imposition de taxe sur les groupes électrogènes soient un fardeau supplémentaire à supporter mais aussi accélérera l'effondrement d'un plus grand nombre d'entreprises, aggravera le chômage et augmentera encore le taux d'inflation.


Selon les experts, la taxation multiple réduit les retours sur investissement, érode la base de capital des entreprises et provoque l'effondrement des entreprises. Le gouvernement est encouragé à trouver un moyen pour harmoniser certaines taxes dont se plaignent quotidiennement les chefs d'entreprise, car certaines doivent être encouragées et non tuées sur l'autel des taxes.


Mensah correspondant permanent de KOACI au Ghana, Togo et Nigeria

- Joindre la rédaction togolaise de koaci.com (+228) 98 95 28 38 ou koaci.ghana@gmail.com –



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Nigeria : Création et contestation de taxe sur groupes électrogènes à Abuja
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter