Burkina Faso Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Burkina Faso : Coup d'Etat, démission de Kaboré, la CEDEAO condamne et annonce un sommet extraordinaire
 

Burkina Faso : Coup d'Etat, démission de Kaboré, la CEDEAO condamne et annonce un sommet extraordinaire

 
 
 
 9336 Vues
 
  3 Commentaire(s)
 
 Il y a 5 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 25 janvier 2022 - 15:00

Jean-Claude Brou et Marc Rock Kaboré (Ph) 


Le Président de la Commission de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest note que, malgré les appels de la communauté régionale et internationale au calme et au respect de la légalité constitutionnelle, la situation au Burkina Faso est caractérisée par un coup d’Etat militaire ce lundi 24 janvier 2022, suite à la démission du Président Roch Marc Christian Kaboré.


Selon l’Ivoirien, Jean-Claude Kassi Brou, la démission de l’ex-chef d’Etat Burkinabé a été obtenue sous la menace, l’intimidation et la pression des militaires après deux jours de mutinerie.


Lettre de démission de Kaboré

Cliquez pour agrandir l'image  
 


 

« La CEDEAO condamne fermement ce coup de force des militaires qui marque un recul démocratique majeur pour le Burkina Faso. Un sommet extraordinaire de la CEDEAO se tiendra dans les prochains jours pour examiner cette situation », annonce l’ancien Ministre Ivoirien.


Le communiqué

Cliquez pour agrandir l'image  
 


Face à une crise sécuritaire compliquée à gérer pour lui, Roch Marc Christian Kaboré avait tenté un bras de fer avec les militaires en en emprisonnant quelques-uns, en suspendant internet et en interdisant des manifestations. Au constat, à l'image de son prédécesseur également chassé du pouvoir par les armes, il n'était pas assez fort dans cette lutte qui l'a, à son tour, emporté.


Enfin, le désormais ancien président burkinabé a été arrêté dans la nuit de dimanche à lundi en sa résidence de Ouagadougou. Il est en résidence surveillée à Ouagadougou par les hommes du lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, chef de la junte militaire qui, hier, a pris le pouvoir et, dans sa première décision, entre autres, suspendu la Constitution.



Donatien Kautcha, Abidjan 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Route de Grand Bassam, preférez vous payer 1000 et prendre l'autoroute pour gagner du temps ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Evasion à la MACA, le ministre de la justice a-t-il eu raison de limo...
 
3217
Oui
79%  
 
747
Non
18%  
 
122
Sans avis
3%  
 
 
 
 
 
 
 
  3 Commentaire(s)
Burkina Faso : Coup d'Etat, démission de Kaboré, la CEDEAO condamne et annonce un sommet extraordinaire
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Mesmin Konin
Ces dernieres annees les sommets de la Cedeao sont toujours sur les memes etats Francophones. Evitons a la Cedeao un sommet sur la Cote d Ivoire. Avec le Mali, le Burkina et la Guinee dont les frontieres seront officielement fermees, il faudra craindre une flambee des prix de la viande et certains produits. Un embargo de fait. Si la situation n est pas au plus vite desamorcee chez nos voisins nous risquons de ressentir les consequences et d etre les prochains, chose que bon nombre d Ivoiriens ne veulent pas. Kandia et Alcide Djedje se devraient d etre au four et au moulin pour limiter la casse, J oses meme pas imaginer la tete de l indeboulonnable en ce moment.
 
 il y a 5 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Ubiquismus
Si la CEDEAO est logique et cohérente, le Burkina aura les mêmes sanctions que le Mali. Pauvre Afrique !!
 
 il y a 5 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
baryond
Au lieu de condamner à tout va, cette Cedeao doit chercher les causes de tous ces troubles. Quand on voit une grande majorité de la population soutenir ces putschs, il faut se poser les bonnes conditions. La démocratie ne se limite pas au multipartisme et aux élections, s'il faut appeler les simulacres qui se tiennent en afrique élections. La population africaine est de la plus jeune du monde et aspire à plus de liberté, de souveraineté et mérite un bonne gouvernance et la bonne redistribution des immenses richesses de nos pays. On est fatigué de ces sous-préfets africains qui prennent leurs directives à Paris et les exécutent sans tenir compte des besoins de leur propres populations. La démocratie n'est pas la panacée. L'afrique doit trouver dans et avec ses intelligences un systèmes hybrides alliant à la fois la démocratie et la sociologie africaine.
 
 il y a 5 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter