Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire : Litige foncier à Jacqueville, les populations de 4 villages sur le pied de guerre
 

Côte d'Ivoire : Litige foncier à Jacqueville, les populations de 4 villages sur le pied de guerre

 
 
 
 3650 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 3 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - lundi 05 septembre 2022 - 09:59

Les habitants d'Adoukro en concertation (Ph KOACI)


 

Les populations des quatre (04) villages impactés par le lotissement d'Adoukro ont décidé de prendre leur destin en mains et une atmosphère conflictuelle qui peut, à tout moment, dégénérer en un conflit intercommunautaire dévastateur si rien n'est fait.

 

Par arrêté No118/AT/DGAT du 09 mars 2007, le ministre de l'Administration du territoire, sous le régime du président Laurent Gbagbo, avait érigé Adoukro, un campement d’hospitalité mis à la disposition de pêcheurs béninois, en village, sans enquête publique. Nait dès lors un litige, puisque la décision d'érection a été prise à l'insu du village de Sassako-bégnini dont est issu le campement en question. Dans la foulée, l’époux d’une ressortissante de Sassako-Begnini, un certain Oda Édouard, formule une demande de lotissement en vue de la création d'un urbain, sous le couvert de sa société SGIR.

 

En effet, les populations des villages d'Avagou, de Sassako-bégnini, d'Abréby et de N'Djem, situés dans la commune de Jacqueville, sont très remontées actuellement contre un projet d'aménagement foncier dénommé « Adoukro Tranche 2 », et une tension sociale très perceptible s'est déjà installée dans ces dites localités. 

 

Mines renfrognées. Regards hagards. Tenues d'apparat. C'est sous ces airs peu ordinaires, que les chefs de villages, les chefs de terre et les populations d'Avagou, de Sassako-bégnini, d'Abréby et de N'Djem, ont pris d'assaut la place de lutte de Sassako-bégnini, le jeudi 1er septembre 2022. La raison. Depuis une quinzaine d'années, une situation conflictuelle née d'un litige foncier, prévaut dans ces villages de la commune de Jacqueville.

 

Il ressort que, malgré le résultat de l'enquête publique qui a relevé soixante-quinze (75) oppositions des propriétaires terriens et propriétaires de plantations de coco, palmiers à huile et manioc, le Ministère de la Construction, alors dirigé par le ministre Mamadou Sanogo, a tout de même approuvé ce lotissement d'Adoukro par arrêtés No 14-1273/MCLAU /DGUF /DU/SD du 21 novembre 2014, No14-1274/MCLAU /DGUF /DU/SDAF du 21 novembre 2014. Sauf que l'analyse de ces documents administratifs, laisse apparaître une grave irrégularité.

 

En effet, alors que le campement d'Adoukro, érigé en village, s’est vu accorder une superficie de sept cent neuf (709) hectares par l’administration territoriale, les arrêtés d'approbation du lotissement de ce nouveau village, parlent d'une superficie de deux mille quatre cents vingt-deux (2422) hectares. En clair, ces arrêtés d'approbation de lotissement, annexent une partie du patrimoine foncier des villages voisins que sont N'Djem (qui abrite le pont de Jacqueville), Abréby (le 1er village fondé par les Alladjans au 15è siècle), Sassako-bégnini (dont est issu le campement Adoukro devenu village), et Avagou (le 3ème village le plus ancien du peuple Alladjan).

 

Problème ! Adoukro, le campement devenu village par arrêté signé en 2007, donc dernier né, devient ainsi sur papier, le plus grand village de la zone. Cette situation d'annexion de leurs parcelles, au fil des années, est en train de se transformer en une crise sociale réelle, dangereuse pour la cohésion sociale dans la zone. À l'époque, l'attention du ministre Mamadou Sanogo avait été attirée sur le caractère conflictuel du projet. En avril 2020, les autorités municipales actuelle de Jacqueville ont à nouveau, saisi le ministre de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, Bruno Koné, à travers un courrier dans lequel il demande, « face à cette situation explosive sur le terrain (...) d'annuler les arrêtés d'approbation du lotissement d'Adoukro ou, tout au moins, de les modifier afin que les villages de N'Djem, d'Abréby, de Sassako-bégnini et d'Avagou, ne soient pas spoliés de leurs terres ».

 

Mais cet énième cri de cœur restera, une fois de plus, sans réponse. Ayant perçu le peu d'intérêt de l'administration pour leurs préoccupations, les populations des quatre (04) villages impactés par le lotissement d'Adoukro, ont décidé de prendre leur destin en mains, et une tension sociale très perceptible s'est déjà installée dans ces dites localités. Une atmosphère conflictuelle qui peut, à tout moment, dégénérer en un conflit intercommunautaire dévastateur si rien n'est fait.

 

C'est pourquoi, les chefs des villages, les chefs de terre et les propriétaires terriens d'Avagou, de Sassako-bégnini, d'Abréby et de N'Djem, soucieux de la paix si nécessaire dans le département de Jacqueville, mais en même temps, conscients des responsabilités qui sont les leurs dans la protection du patrimoine de leurs communautés respectives, en appellent au président de la République, Alassane Ouattara, pour le règlement de ce litige qui n'a que trop duré.

 

« Nous souhaitons que ce lotissement d'Adoukro soit purement et simplement annulé et que nos terres nous soient restituées », demande, au nom des 4 villages impactés, Marcellin N’drin dit Chef Amine, président du Collectif des propriétaires terriens de Sassako-bégnini.

 

Ce dossier relatif au lotissement d'Adoukro Tranche I et Tranche Il de Jacqueville est connu des services du Ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme.


 



Cliquez pour agrandir l'image  
 

 

Une source révèle que le dossier a été vidé par ceux à qui il avait été imputé, pour éviter qu'en cas d'audit ou de réexamen du dossier, leurs noms ne soient cités comme co-auteurs de ce « faux ».

 


 

Jean Chrésus, Abidjan 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Litige foncier à Jacqueville, les populations de 4 villages sur le pied de guerre
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article