Côte d'Ivoire Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Côte d'Ivoire :  Kima Emile Conseiller technique du ministre Alcide Djédjé révèle que plus de 5 millions de burkinabés vivent sur le territoire ivoirien
 

Côte d'Ivoire : Kima Emile Conseiller technique du ministre Alcide Djédjé révèle que plus de 5 millions de burkinabés vivent sur le territoire ivoirien

 
 
 
 16034 Vues
 
  3 Commentaire(s)
 
 Il y a 9 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - vendredi 13 août 2021 - 13:54

Kima Emile Conseiller technique du ministre Alcide Djédjé (ph)



Et de 5. Après les éditions d'Abobo, de Tiassalé, de Soubré et d'Agnibilekro, cette année, les « Journées des communautés » se tiendront à Bouaflé du 16 au 21 août 2021. Doumbia Mamadou, chef de service pédagogique et suivi de clubs de l'intégration représentant du Directeur Soro David et Kima Emile, Conseiller technique du ministre délégué auprès du ministre d’État, ministre des Affaires étrangères de l'intégration africaine et de la Diaspora, chargé de l'intégration africaine ont donné l'information à la presse au cours d'une rencontre à Abidjan.


Cette importante activité est inscrite dans la matrice du Bureau ivoirien pour la promotion de l'intégration africaine (BIPIA). Chaque année, les organisateurs choisissent une région pour leurs activités et pendant une semaine, cette région est baptisée la capitale de l'intégration africaine.


Selon Doumbia Mamadou, cette année avec l'impulsion du Conseiller Kima Emile, le BIPIA a décidé de donner une autre envergure à cette cérémonie.


«Cette année nous avons fait des visites de prospection déjà sur le terrain à Bouaflé. Nous avons rencontré les autorités locales pour les informer de la tenue de ces journées », a précisé, M. Doumbia.


Ces journées seront meublées d'un cross populaire, de matchs de gala avec les communautés de la CEDEAO, d'une foire. Il a déclaré qu'à travers ces activités, le BIPIA veut permettre à toutes les communautés de s'impliquer, de partager l'intégration du vivre ensemble. Cette année, Bouaflé est la capitale de l'intégration africaine, parce que cette localité est un modèle d'intégration.


 

Nommé en juin 2021, le Conseil technique, Kima Emile a ajouté que le clou de ces journées sera marqué par un meeting le samedi 21 août 2021. Selon lui, au cours de cette rencontre, les intervenants expliqueront aux communautés de la CEDEAO, l'intégration, les démarches pour obtenir la nationalité ivoirienne puisque la Côte d'Ivoire est une plaque tournante d'intégration.


«Parmi mes compatriotes burkinabés, les communautés malienne, guinéenne, beaucoup sont des opérateurs économiques qui participent au développement du pays. Malheureusement, nombreux sont ceux qui ne sont pas allés à l'école. Nous voulons nous approcher d'eux pour leur expliquer l'intégration. Il faut mettre en pratique les résolutions des sommets des chefs d'Etat. Nous allons leur expliquer la cohésion sociale, c’est un événement historique à ne pas rater », a expliqué, Kima Emile.


Il a annoncé avoir fait le tour de toutes les chancelleries et reste convaincu que des ambassadeurs accrédités en Côte d'Ivoire seront présents à cette rencontre pour échanger avec leurs communautés, car elles sont d'accord avec la démarche du BIPIA.


Cette année, le thème choisi pour les « Journées des communautés » est : «Intégration et cohésion sociale des communautés de la CEDEAO ».


Officiellement, la communauté burkinabé vivant en Côte d'Ivoire est estimée à 3 millions de personnes. Au cours de cette rencontre, Kima Emile a révélé que le nombre de ses compatriotes est plus élevé que le chiffre rendu officiel.


«Je peux vous dire que c'est plus, parmi les burkinabés beaucoup n'ont pas de pièces pour se faire identifier. Beaucoup n'ont pas d'extrait de naissance qui vivent sur le territoire ivoirien. Il sont estimés à 1 million, sans oublier les métis. Pour moi, après la population ivoirienne vient la population burkinabé. En toute sincérité, la communauté burkinabé est comprise entre 5 et 5,5 millions. J'ai fais le tour de la Côte d'Ivoire. Je sais de quoi je parle. Dans des villages vous retrouver des ressortissants burkinabés qui n'ont même pas de pièces d'identité. On les reconnait par leur accent. Ils sont nombreux. Idem, pour le malien, le ghanéen, le guinéen. Après la population ivoirienne vient la population burkinabé. C'est la communauté la plus nombreuse à cause des liens qui existent entre ces deux peuples», s'est justifié, M. Kima.


 

Il a également indiqué que des ivoiriens sont établis à l'extérieur, notamment au Mali, au Burkina et vivent heureux et il en rencontre quand il va dans ces pays.

«Ils vivent heureux. Ils sont intégrés. Il y a des ivoiriens au Niger qui parlent Haoussa, au Burkina, au Mali », a-t-il insisté.


«Aujourd'hui j'ai remarqué qu’en Côte d'Ivoire, quand tu t'appelle tant, tu as peur pourquoi. Il faut qu'on arrête un tout petit peu et avançons. La nouvelle génération ne veut plus entendre parler de cela », a déploré, le Conseiller technique.


«Il faut que les gens comprennent. La Côte d'Ivoire me coûte chère. Il faut être fier de ses origines », a mentionné Kima Emile qui a conclu qu'après avoir passé 40 ans en Côte d'Ivoire, il a obtenu la nationalité ivoirienne seulement cette année, car il n'en avait pas besoin.



Wassimagnon 


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Violences de la présidentielle 2020, les responsables politiques doivent ils être jugés ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Jean-Louis Gasset nouvel entraineur des éléphants, bon choix?
 
959
Oui
22%  
 
3269
Non
74%  
 
169
Sans Avis
4%  
 
 
 
 
 
 
 
  3 Commentaire(s)
Côte d'Ivoire : Kima Emile Conseiller technique du ministre Alcide Djédjé révèle que plus de 5 millions de burkinabés vivent sur le territoire ivoirien
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
Batuta
Mais c'est une invasion qui ne dit pas son nom! 5/20 de la population ivoirienne? Bandécons!
 
 il y a 9 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
SRIKABLA
Oui je crois. Officieusement ils sont plus que ce chiffre. Ils ont même créé leurs propres villages et villes chez nous.... Koudougou et autres.....
 
 il y a 9 mois
SRIKABLA
Ce chiffre doit être augmenté de 25 á 40%. Ils sont devenus plus nombreux depuis l'arrivée au pouvoir de "pissanci". Certains viennent pour détruire nos forets vierges et classées et autres parcs zoologiques.
 
 il y a 9 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter