Mali Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Mali : Ouverture d'une session extraordinaire de l'UEMOA, puis  adoption de très lourdes sanctions contre la junte
 

Mali : Ouverture d'une session extraordinaire de l'UEMOA, puis adoption de très lourdes sanctions contre la junte

 
 
 
 3958 Vues
 
  5 Commentaire(s)
 
 Il y a 4 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - dimanche 09 janvier 2022 - 19:44

Une session extraordinaire de la conférence des chefs d'État et de gouvernement de l'Union économique et monétaire l'ouest africaine (UEMOA) consacrée à la situation sociopolitique au Mali a débuté dimanche à Accra, au Ghana, en présence de plusieurs chefs d'État de l'union.


"Je déclare ouverte la session extraordinaire de la Conférence des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'UEMOA consacrée à la situation du Mali", a déclaré dans son discours d'ouverture le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré, par ailleurs Président en exercice de la Conférence des chefs d'Etat et de Gouvernement de l'UEMOA.


Expliquant le contexte dans lequel se tient cette session, Kaboré a rappelé qu'alors que les autorités de la transition malienne s'étaient engagées à organiser les élections en février 2022, le gouvernement de la transition a récemment publié à l'issue des Assises nationales pour la refondation, un chronogramme consacrant la prorogation de la durée de la transition de 6 mois à 5 ans.


"De toute évidence, la prorogation de la durée de la transition à 5 ans préoccupe l'ensemble de la région ouest africaine", a-t-il indiqué, ajoutant que la Communauté économique des États de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO) "reste saisie de la question du Mali" et se réunit cet après-midi de dimanche à Accra pour se pencher sur la situation politique qui prévaut dans ce pays.


"C'est pourquoi il m'est paru nécessaire de nous réunir au sein de l'UEMOA notre organisation sous régionale, dont le Mali est également membre en vue d'harmoniser nos points de vue avant le Sommet de ce jour", a-t-il justifié.


 

Conscient de la "complexité" de la situation du Mali, Kaboré a souligné "que toutes les réformes politiques, économiques et sociales visant la refondation du Mali ne pourraient être

conduites que par des autorités démocratiquement élues".


"Je reste, pour ma part, convaincu que cette Session nous permettra d'aboutir à des propositions favorables à la stabilité et à la sécurité au sein de notre ensemble sous régional", a-t-il souligné.


Les sanctions contre la junte


Pour amener la junte à un retour rapide à l'ordre constitutionnel, les pays ouest-africains réunis en sommet à Accra ont pris des sanctions économiques et financières très dures qui s'ajoutent aux précédentes.


La Cédéao a ainsi décidé de geler les avoirs maliens au sein de la Banque centrale des États d'Afrique de l'Ouest (BCEAO), de couper les aides financières, de fermer les frontières entre le Mali et les États membres de l'organisation, mais aussi de suspendre les transactions avec Bamako, à l'exception des produits médicaux et de première nécessité. La Cédéao a décidé par ailleurs le retrait des ambassadeurs de tous les pays membres au Mali.


 

La Communauté économique des États de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO, quant à elle, comprend 15 pays dont les 8 pays de l'UEMOA plus le Cap-Vert, le Nigeria, le Ghana, la Sierra Leone, le Libéria, la Gambie et la Guinée.


L’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) compte, à ce jour, huit Etats membres, à savoir, le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo.


Pour rappel, la période transitoire au Mali avait été fixée par la Cédéao, après le coup d'Etat du 20 août 2020 ayant mis fin au mandat de l'ancien président Ibrahim Boubaker Keita, à 18 mois, à compter du mois de septembre 2020. C'est ainsi d'ailleurs, que la date du 27 février 2022 avait été retenue pour la tenue d'élections législatives et présidentielle au Mali.


 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Trafic de drogue, le pays doit il être plus vigilant sur les profils des étrangers qui s'installent ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Mairie de Bouaké 2023, Béma Fofana peut il rivaliser avec Amadou Koné...
 
1343
Oui
28%  
 
3276
Non
69%  
 
116
Sans avis
2%  
 
 
 
 
 
 
 
  5 Commentaire(s)
Mali : Ouverture d'une session extraordinaire de l'UEMOA, puis adoption de très lourdes sanctions contre la junte
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
BAHEFOUE
Pourquoi depuis des années tous ceux qui prennent la chicote contre le Mali n'arrivent pas à sécuriser et Donner espoir aux maliens. Est-il possible de rattacher le mali à un autre continent comme sanction. On est plus focalisé sur les élections en lieu et place des vrais soucis des maliens.
 
 il y a 4 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Catapilar
La Cedeao des 14 syndiqués chef d'État fait la HONTE de tous les africains. Des sanctions sur sanctions, est-ce le rôle d'une communauté de libre circulation des biens? Le Mali est prête a sortir de la Cedeao.
 
 il y a 4 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
Charyakou
Honte aux autres peuples de la CEDEAO! Bravo aux autorités Maliennes! Tôt ou tard le réveil du Phoenix se fera..
 
 il y a 4 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
JACOB@CHOCOTO
Aujourd’hui le mali fait preuve de bravoure que aucun de nos dirigeant n’a eu le courage de faire depuis l’indépendance. Je reconnais que les 5ans que le mali demande pour organiser les élections sont un peu exagéré mais ont ne peut pas se permettre de les asphyxier parce qu’il s’oppose à la france.je demande à assimi goita de revoir son délais proposés pour l’organisation des élections. Si il veut réussir sa mission il doit apprendre à être professionnel et se faire entourer des personnes de métier. Ont ne peut pas faire un coup d’état et demande 7ans et demi avant d’organiser les élections. Autrement dit on cherche à revoir les règles du jeux pour passer sous le régime d’un royaume comme le Maroc.
 
 il y a 4 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
SRIKABLA
Des LOURDES SANCTIONS ne peuvent pas empecher des coups d'Etats dans certains pays Africains pourris(surtout francophones)... Vous devrez plutot imposer des sanctions aux dirigeants politiques qui provoquent ces coups d'Etat....
 
 il y a 4 mois     
  Veuillez vous connecter pour répondre
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter