Togo Politique
 
Cliquez pour agrandir l'image  
Togo :  Des partis de l'opposition se dressent contre le projet de révision de la Constitution
 

Togo : Des partis de l'opposition se dressent contre le projet de révision de la Constitution

 
 
 
 1683 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 1 mois
 
 
 
 
 
© Koaci.com - mardi 19 mars 2024 - 10:35


La place de l’indépendance à Lomé (ph)


Des réactions se font enregistrer au sein de l’opposition togolaise contre le projet de révision de la Constitution, lequel est initié par un groupe de députés à l’

Assemblée nationale.


Du nombre des parts et des leaders de l’opposition qui émettent des avis contraires contre le projet de révision de la Constitution, on peut citer les Forces Démocratiques pour la République (FDR), le parti Alliance des Démocrates pour le Développement Intégral (ADDI), le parti Santé du Peuple. A ces partis on adjoindre la voix de Nathaniel Olympio, le leader du parti des Togolais. L’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) s’est précédemment prononcée contre l’initiative parlementaire.


Opposition des FDR


A l’allure où vont les choses sans une réelle clarification officielle sur le projet de la révision de la Constitution togolaise, le parti FDR à la tête duquel se trouve Me Dodji Apevon, a réagi hier lundi et a affiché son opposition à l’initiative en cours.


Le parti FDR trouve inadmissible une forfaiture des députés « illégitimes », qui selon lui sont au service d’un pouvoir aux abois, susceptible de conduire le Togo vers des lendemains incertains.


Face à ce qui se trame pour une révision de la Constitution, Me Apevon a estimé que « l’adoption d’une nouvelle Constitution qui engage l’avenir de notre pays est une question tellement grave qui ne peut être laissée à la merci de quelques individus, fussent-ils des députés et de surcroit des députés qui ont fini leur mandat ».


En vue de faire à ce projet, le parti FDR a lancé « un appel vibrant à toutes les forces vives de la Nation, notamment les partis politiques, les Organisations de la Société Civile ainsi que les populations à prendre conscience de ce danger imminent, à se mobiliser massivement pour y trouver le remède approprié ».


Désaccord de l’ADDI


 

Le parti ADDI qui est dirigée par le professeur Aimé Tchabouré Gogué a joint sa voix à celles des autres formations de l’opposition togolaise et a exprimé son désaccord total sur le processus en cours de modification de la Constitution et sur le contenu de la proposition.


Dans une approche simpliste, l’ADDI a relevé que « même si la Constitution en vigueur dispose qu’en dehors du référendum, la modification de la loi fondamentale peut se faire avec l’approbation des 4/5 des députés, il est absolument important que la population soit informée et ait au préalable discuté de tout changement… ».


En relevant le fait qu’il est inadmissible qu’un groupe de citoyens puisse en secret s’arroger le droit de modifier la constitution, y compris la nature du régime politique, l’ADDI a brandit que l’article 59 de la présente Constitution dispose que toute modification ne peut se faire que par voie référendaire.


Tout en exhortant le chef de l’État, en tant que garant de la Constitution, à prendre position de manière franche et à tout mettre en œuvre pour bloquer cette initiative de trop de modification de la constitution, l’ADDI « appelle le peuple togolais à rester mobilisé afin de faire échec à cette nouvelle tentative qui ne fait pas honneur à notre nation ».


Appel du Santé du Peuple


Le parti Santé du Peuple, par la voix de son président national, Dr Georges William-Kouessan, a pris position dans une lettre en date du 15 mars 2024 adressée au Président de la République, Faure Gnassingbé.


Dans sa réaction, le parti Santé du Peuple dit avoir « appris avec stupéfaction et indignation par les médias, que l’Assemblée Nationale actuelle, réunie ce 5 mars 2024, en une session ordinaire de l’année 2024, est en train d’examiner la proposition de loi de modification constitutionnelle déposée sur sa table il y a quelques semaines, par un groupe de députés ».


Le parti Santé du Peuple a rappelé aux députés de la 6e législature que la Constitution est une chose sacrée et qu’étant donné que leur mandat a pris fin depuis le 31 décembre 2023, ils n’ont plus habilités à procéder à aucune modification constitutionnelle.


En appelant au sens du devoir et du patriotisme de chacun pour la préservation des acquis de la République, le parti Santé du Peuple s’est tourné vers le Président de la République pour attirer son attention sur ce qui se prépare dans l’hémicycle et solliciter son leadership afin qu’il use de ses « prérogatives de chef d’État et surtout de celles de garant de la constitution, pour arrêter cette forfaiture en gestation ».


 

Lecture de Nathaniel Olympio


‘Sur cette même lancée et au regard de l’évolution, Nathaniel Olympio, a fait savoir que le pouvoir est entrain de manœuvrer « pour instaurer un régime parlementaire, car il veut priver ses concitoyens de ce droit, afin que ses amis de l’Assemblée nationale le désignent comme chef d’Etat … ».


En perspective du projet de révision de la Constitution, Nathaniel Olympio entrevoit que « Ce nouveau un coup d’Etat constitutionnel menace la stabilité du Togo. Les Togolais ne laisseront pas faire et de nombreuses voix s’élèvent déjà. Ensemble nous nous dresserons contre ce projet funeste ».


Problèmes urgents selon Gerry Taama


Enfin, le député Gerry Taama du parti de l’opposition NET a fait un rappel vis-à-vis de ce débat qui retient l’attention des internautes togolais et a précisé « qu'aucun des 3 députés du NET n'avait été associé à cette initiative ».


Sur le quotidien des togolais, le député Taama a souligné qu’il y a trop de problèmes au Togo tels que les coupures d'électricité, l’accès à l'eau potable, la proclamation des résultats des concours publics, le chômage des jeunes, les coûts du carburant, du wifi zone.

Dans un souci de soulager les peines actuelles des populations, le député du NET avancé qu’il serait salutaire de trouver des solutions à « ces problèmes d'abord et on fera palabre sur la Constitution après ».


Mensah,

Correspondant permanent de KOACI au Ghana, Togo et Nigeria

- Joindre la rédaction de koaci.com (+228) 98 95 28 38 ou koaci.ghana@gmail.com -



 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
RESTEZ CONNECTÉ
 
En téléchargeant l'application KOACI.
  
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire : Disparition de la commune du Plateau au profit d'une absorption du District d'Abidjan, bonne idée?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Candidature de Gbagbo en 2025, du bruit pour rien qui profite à ADO ?
 
2159
Oui
60%  
 
1289
Non
36%  
 
135
Sans avis
4%  
 
 
 
 
 
 
 
  0 Commentaire(s)
Togo : Des partis de l'opposition se dressent contre le projet de révision de la Constitution
 
 
Veuillez vous connecter pour commenter ce contenu.
 
Votre avis nous intéresse.
 
 
 
Soyez le premier à commenter cet article
 
 
 
 
 
Divertissements
 
 
 
 
Réseaux sociaux
 
+164k
+110,7k
 
Pays
 
 
 
 
Télécharger l'application KOACI
 
   
NOUS CONTACTER
 
contact@koaci.com
koaci@yahoo.fr
+225 07 08 85 52 93
 
 
NEWSLETTER
 
Restez connecté via notre newsletter